Actualité théâtrale

Saison 2015-2016.

La commune

Le Théâtre de La Commune d’Aubervilliers a 50 ans.

Premier théâtre de la banlieue parisienne, il a été créé par Gabriel Garran soutenu par la municipalité en 1965, après six ans de débats sur la nécessité de l’art, du théâtre en milieu populaire.

C’était du temps de Jean Vilar. Celui qui avait créé le Festival d’Avignon et le TNP disait en 1957 :" A la vérité, je pense qu’on ne loupe rien quand on a le populaire dans la peau."

Dans le cadre des cinquante ans de la Commune.

"Mémoire chantée de Gabriel Marence, gardien de chèvres" Les 25, 26, 27 et 29 novembre 2015

Mise en scène Gabriel Garran.

En 1965, le Théâtre de la Commune devient le premier théâtre permanent créé en banlieue.

Gabriel Garran fondera le Théâtre International de Langue Française (TILF, 1985) puis le Parloir Contemporain, lieu de rencontres entre théâtre, littérature et poésie.

"Andreas " du 25 septembre au 15 octobre

D’après la première partie du " Chemin de Damas " d’August Strindberg

Mise en scène, traduction et adaptation : Jonathan Châtel (Artiste associé)

"L’inconnu" a rompu avec tout ce qui lui était familier, ses proches, ses biens, ses ambitions d’écrivain et se retrouve étranger.

Rejeté par le monde depuis la parution de son dernier roman, il s’égare dans une solitude aliénante.

Mais sa rencontre imprévue avec une dame, ressuscite son existence qui était au bord de l’extinction.

"Gala " Du 1er au 3 octobre

Conception et mise en scène Jérôme Bel.

Jérôme Bel fait de la danse une autre manière de vivre.

Envisager autrement la danse, ouvrir le théâtre à ceux qu’il ne représente jamais. Se demander comment l’art met en commun.

Le Gala, forme festive et collective, mêle ici professionnels de la danse et amateurs issus de différents horizons. Jérôme Bel œuvre dans un désir partagé. Il cherche ce qui, pour le plus grand nombre, provoque l’émotion, l’amour de la danse.

"Considering " du 3 au 20 novembre

D’après "Sur le théâtre de marionnettes" d’Heinrich von Kleist.

Chorégraphié et mis en scène par Laurent Chétouane (Artiste associé)

Qu’est-ce que la grâce ? Comment la mettre en évidence depuis notre état d’imperfection ?

Laurent Chétouane se risque, pour la première fois, à monter un texte qui inquiète et oriente son travail depuis ses débuts : "Sur le théâtre de marionnettes" d’Heinrich von Kleist.

De cet essai canonique de la littérature allemande, le chorégraphe tire la force, l’intelligence et l’humour en confrontant les mouvements nus et fragiles des danseurs à la partition d’un texte parlé.

" La volupté de l’honneur " du 5 au 20 novembre

Texte de Luigi Pirandello, mise en scène Marie-José Malis.

Agata est enceinte d’un homme marié, le Conte Fabio.

Pour préserver leur réputation, la mère et l’amant de la jeune fille sollicitent Baldovino, un homme ruiné et déclassé.

Celui-ci accepte le masque du père et du mari légitime contre l’effacement de ses dettes.

Mais ce mariage de façade va produire un effet inattendu…

"Pièces courtes 1- 9 " Les 8 et 9 décembre – Les 5 et 6 février 2016 – Les 15 et 16 avril –Les 3 et 4 juin.

Conception et mise en scène Maxime Kurvers.

La proposition est simple mais audacieuse : en 9 pièces courtes, les interprètes devront saisir l’occasion et trouver un chemin d’apprentissage pour " ouvrir des perspectives de modifications conscientes dans la vie quotidienne."

Le plateau sert de prisme révélateur à de nouveaux possibles.

"Comment on freine " du 7 au 17 janvier.

Texte de Violaine Schwartz, mise en scène Irène Bonnaud.

Le texte de Violaine Schwartz met en lumière le lien entre la production –la classe ouvrière mondiale occultée- et notre dépendance à la consommation.

Il cible l’objet "vêtement" qui est à la fois la marchandise la plus emblématique de la mondialisation néo-libérale et l’accessoire quotidien en contact permanent avec nos corps et nos affects.

" La boucherie de Job " Du 15 au 23 janvier

Texte et mise en scène Fausto Paravidino.

"La boucherie de Job " est un conte moderne à l’usage de tous. Job, dans la bible est le Juste qui frappe l’Injustice et qui finit par instruire le jugement de Dieu.

Le Job de Paravidino est lui aussi un homme bon, honnête et travailleur.

Alors que sa boutique décline sous l’effet de la crise, survient le fils du boucher. Formé à l’école du libéralisme, il veut remonter l’entreprise en passant par des méthodes peu charitables.

Job s’oppose à son fils et aux sacrifices moraux qu’exigent de lui les nouveaux dieux de la finance.

" Sous la glace " Du 22 au 31 janvier.

Texte de Falk Richter, mise en scène Victor Gauthier-Martin.

"Sous la glace" interroge les valeurs libérales qui gouvernent notre monde et les aspirations contradictoires de leurs promoteurs.

Trois consultants, dont un commence à être saisi par le doute, viennent tour à tour, exposer leurs pensées et programmes.

Parmi lesquels "L’aventure, c’est la culture". une comédie musicale à vocation humaniste pour lutter contre "le dessèchement intérieur".

Entre la complaisance des uns et la passivité des autres où placer nos façons d’être ?

Festival JT 16 –Jeune théâtre national. Vendredi 12 et samedi 13 février.

Où va la jeunesse artistique ?

Voici les premiers spectacles des jeunes équipes issues des écoles supérieures d’art dramatique.

Le Festival JT 16 est organisé par le Jeune Théâtre National, le Théâtre de la Cité internationale, le Nouveau Théâtre de Montreuil et La Commune d’Aubervilliers.

Ateliers d’élèves ou premières mises en scène, ces œuvres ont été choisies pour permettre au public et aux professionnels de voir dans quelle direction vont les nouvelles tendances artistiques et esthétiques.

"Werther  !" Du 8 au 12 mars.

D’après le roman de Johann Wolfgang von Goethe, mise en scène Nicolas Stemann.

Werther, le personnage le plus égocentrique de la littérature allemande est-il toujours d’actualité ?

L’interprétation décapante qu’en donnent Philipp Hochmair et Nicolas Stemann ne se contente pas de donner une "touche de modernité" au mythe goethéen.

Elle dynamite cet emblème pour aller au plus près de notre époque.

" O n ne sait comment " du 7 au 17 avril.

Texte de Luigi Pirandello, mise en scène Marie-José Malis.

Un quartet bourgeois : Roméo, marié à Rice, a une aventure avec Ginevra, la femme de son meilleur ami Georgio.

L’affaire aurait pu être sans lendemain. Pourtant elle frappe Roméo au cœur de ses convictions.

Cet acte qu’il trouve abject et croyait impossible et que personne ne veut regarder en face, que chacun s’emploie à dissimuler pour que le monde continue comme si de rien n’était, génère en lui un malaise abyssal.

Théâtre : La commune

" Tohu-Bohu " du 3 au 6 mai.

D’après Lewis Caroll, Daniil Harms, François-Marie Luzel, mise en scène Madeleine Louarn.

" Que nuages …"du 10 au 13 mai.

Pièces théâtrales et télévisuelles de Samuel Beckett, mise en scène Madeleine Louarn

Figure pionnière d’un travail atypique, Madeleine Louarn œuvre depuis trente ans pour l’Atelier Catalyse ; Une compagnie composée d’adultes handicapés mentaux, tous cependant engagés dans le métier d’acteurs..

Rencontres chorégraphiques internationales de Saint-Denis Les 27, 28 et 29 mai.

Une communauté d’artistes de la scène internationale est présentée, chaque année, dans une dizaine de théâtres de la Seine-Saint-Denis accueillant le festival.

LA COMMUNE JEUNE PUBLIC.

"Le petit Z " Pour les 9 / 11 ans. Du 24 au 28 novembre

D’après l’œuvre de Gilles Deleuze, écrit, conçu et mis en scène par Bérangère Jannelle.

La parole de Gilles Deleuze transforme la classe en espace de pensée et de jeu.

A comme Art, B comme bêtise, E comme École, M comme Moby Dick ou Z comme Zig-Zag.

Une façon ludique d’aborder les concepts philosophiques avec de la peinture, de la musique et même des vidéos sportives…

"Bricolez  !" ( Quelques trucs et astuces à l’usage des personnes seules et malhabiles désireuses de rénover leur intérieur) à partir de 7 ans. Du 15 au 19 décembre.

Mise en scène Etienne Grebot – Les Encombrants.

Un tableau à accrocher, une étagère à fixer, du papier à poser, mesdames et messieurs, surtout ne cédez pas à la panique !

"La possible, impossible maison " Pour les 5 à 11 ans. Du 3 au 6 février.

Conçue et créée par Forced-Entertainement, mise en scène Tim Etchells.

Une aventure captivante où la magie visuelle se combine aux effets comiques du son direct.

Suivant les pas d’une fillette gribouillée tombée d’un livre de mathématiques, l’on voit surgir une araignée, un fantôme, une souris bavarde, des oiseaux autoritaires, des soldats dansants et toutes sortes d’invraisemblances…

La Commune, Centre dramatique national Aubervilliers 2, rue Edouard Poisson 93 300 Aubervilliers.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 48 33 16 16

www.lacommune-aubervilliers.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)