Autour du Jazz

Rhoda Scott - We free Queens

"La comtesse aux pieds nus"

Rhoda Scott, née le 4 juillet 1938, organiste, s’est fait remarquer – et toute la presse en est l’écho – en jouant pieds nus. Plus agréable pour elle, sans doute. Le reste, son jeu, sa capacité de création, a été oublié. Elle a constitué son « Lady Quartet » : Sophie Alour, au saxo ténor, Lisa Cat-Berro au saxo alto et Julie Saury à la batterie, une manière de faire reconnaître la place des femmes toute l’année et pas seulement le 8 mars. Elle ne s’est pas arrêtée là, pour cet album au titre revendicatif, « We free Queens » - référence à un album de Roland Kirk, « We free Kings » - et aux invitées prestigieuses, Géraldine Laurent au saxo alto et Anne Paceo à la batterie. Un homme a trouvé grâce, Julien Alour, trompettiste… Une musique classique noire, de la grande, avec ce qu’il faut d’ancrage dans notre présent. Pour danser...

Nicolas Béniès

« We free Queens », Rhoda Scott Lady Quartet, Sunset Records/L’autre distribution.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Unfiltered Universe », Rez Abbasi
    Rez Abbasi est guitariste et joueur de sitar. Ses origines indiennes expliquent cette dualité. Dans son nouvel album, « Unfiltered Universe », il réussit le tour de force de fusionner ses cultures... Lire la suite (30 novembre)
  • « Hope », Sylvain Cathala septet
    Sylvain Cathala, saxophoniste ténor et compositeur, a intitulé son dernier album « Hope », Espérance. C’est oser. Dans le monde qui se considère comme le nôtre, l’espoir est passé de mode. Un siècle... Lire la suite (29 novembre)
  • Au revoir, Fats Domino.
    « Fats » Domino, Antoine Dominique pour l’état civil, né le 26 février 1928 à la Nouvelle-Orléans nous quittés le 24 octobre 2017 après avoir résisté vaillamment à Katrina qui n’a pas eu raison ni de lui ni... Lire la suite (16 novembre)
  • « Strictly Strayhorn »
    Un trio, rien qu’un trio pour s’approprier les compositions de Billy Strayhorn, compagnon et alter ego du Duke à son entrée dans l’orchestre en 1938. Billy Strayhorn est un maître du spleen, une sorte... Lire la suite (15 novembre)
  • « Butter in my Brain », Claudia Solal/Benjamin Moussay
    « Butter in my Brain » est un titre qui ne peut qu’interroger. Fernand Raynaud aurait dit « C’est étudier pour », bien évidemment. Un titre original introduit à un monde bizarre, étrange, onirique. Si on... Lire la suite (6 novembre)