Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film écrit et réalisé par Julie Delpy (France)

"La comtesse" Sortie en salles le 21 avril

Lorsque meurt son mari, vaillant officier et prestigieux guerrier, la Comtesse Ersébet Bàthory se retrouve à la tête d’une immense fortune. Elle suscite à la fois admiration crainte et haine quand elle devient la femme la plus puissante de Hongrie. Mais celle à qui le Roi demande son aide pour lutter contre les Turcs, a, contre toute attente, la faiblesse de s’éprendre d’un séduisant jeune homme. L’idylle sera aussi passionnée que brève. Certaine d’avoir été délaissée pour une rivale plus jeune, la Comtesse découvre, dans la folie qui la gagne, un remède à son vieillissement : le sang de jeunes vierges. Les rancunes à son égard ressurgissent et elle sera accusée d’avoir commandité, pour recueillir leur sang salvateur, l’assassinat de six cents jeunes filles.
Julie Delpy qui en est à sa troisième réalisation, avait réussi en 2007, une comédie attachante qui connut un succès à la fois critique et public, "2 days in Paris".
Si des esprits chagrins émettaient des réserves sur les qualités cinématographiques de "La comtesse", elles ne pourraient certainement pas porter sur le fait que ce troisième film ressemblerait au second. En faisant revivre l’histoire de l’aristocrate hongroise née en 1560, elle est à l’opposé de l’histoire du couple contemporain américain dont elle narrait les aventures parisiennes dans "2 days in Paris".
Aucune parenté n’existe entre les deux films et si Julie Delpy interprète, dans l’un et l’autre, le rôle de l’héroïne, elle est méconnaissable dans "La comtesse". La pimpante ex parisienne vivant aux Etats-Unis de passage à Paris s’est transformée en une femme inflexible, cruelle et sanguinaire avec une efficacité de jeu, une présence qui révèlent une superbe comédienne.
La comtesse a-t-elle effectivement sombré dans la folie et vidé de leur sang d’innocentes jeunes filles pour s’assurer une jeunesse éternelle ou bien a-t-elle été victime d’une conspiration conduite par l’Empereur Rodolphe II et par son successeur Mathias qui avaient intérêt à l’évincer pour effacer une dette dont la couronne lui était redevable ?
Les thèmes que le film aborde, la vanité, la jeunesse, le pouvoir, la religion, l’amour, la place des femmes dans une société d’hommes sont développés au fil d’ une narration à la fois soucieuse de respecter une part de la vérité historique à laquelle s’ajoute une fiction crédible, étayée par la légende qui entoure le personnage d’ Erzsébet qu’on a associé à Dracula.
Julie Delpy n’élude pas le fait que la Comtesse ait pu être une meurtrière mais elle a voulu la montrer aussi comme une rêveuse romantique, une amoureuse passionnée, terrifiée par la mort, intelligente mais incapable de comprendre sa propre folie…
Avec "La comtesse" Julie Delpy a joué la carte de la sobriété. Son film est d’une beauté plastique et d’une rigueur qui, au lieu de les atténuer, exacerbent les élans amoureux extrêmes et les sentiments d’un personnage tout en contrastes, venimeux et troublant.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Sorry we missed you »
    Ricky est un bosseur. Il est motivé par le souci d’apporter le meilleur confort possible à sa famille, sa femme aide-à-domicile dévouée aux personnes âgées qu’elle assiste et ses deux enfants, la sage et... Lire la suite (21 octobre)
  • « 5 est le numéro parfait »
    Pepino lo Cicero est un homme vieillissant. Ex tueur à gages de la Camorra, il a passé le relais à son fils qui gravit les échelons du crime organisé. Mais le jeune homme est froidement assassiné au... Lire la suite (20 octobre)
  • « Au bout du monde »
    Yoko, une très jeune femme, est reporter pour une émission de télévision très populaire au Japon. Ses recherches, en vue de prochaines tournages, l’amènent en Ouzbekistan où elle ne trouve pas de... Lire la suite (19 octobre)
  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)