Actualité théâtrale

Théâtre du Marais – Partenaire Réduc’Snes - jusqu’au 31 mars 2013

"La confession d’un enfant du siècle" d’après le roman d’Alfred de Musset Mise en scène Marie-Claude Morland

Octave est un "enfant du siècle" appartenant à la jeunesse dorée, plus prompt aux conquêtes féminines qu’aux faits d’armes.

Son dilettantisme le pousse au cynisme, vers les fêtes galantes et la jouissance à tout prix.

Déçu par l’infidélité de sa maîtresse et la trahison d’un de ses plus proches amis, il se lance à corps perdu dans la débauche.

La mort de son père marque une pause dans cette dérive et l’amène à se rendre dans la maison familiale où il décide de se retirer quelques temps.

C’est à cette occasion qu’il rencontre une séduisante promeneuse, jeune veuve du nom de Brigitte Pierson. Loin de la ville corruptrice, il est irrésistiblement attiré par la personne qui va devenir l’amante idéale mais aussi une précieuse confidente.

Octave, fou d’amour, mais en qui il reste un fond de libertinage, va souffrir face à la personnalité mystérieuse de Brigitte.

Très vite, il se laissera ronger par la jalousie.

" La confession d’un enfant du siècle" , un des romans phare du XIXème siècle, est une œuvre autofictionnelle qui porte les traces de la rupture récente de Musset avec George Sand.

En 2009, dans le cadre d’un " laboratoire ouvert autour de Musset", "La confession d’un enfant du siècle" s’est imposée comme terrain privilégié pour des artistes ayant l’âge du rôle.

Or, c’est le comédien qui joua l’Octave des " Caprices de Marianne" en 1985 dont Marie-Claude Morland allait faire l’Octave de "La confession…"

Dans son projet d’adapter le roman de Musset, Octave devient un homme d’âge mûr qui revient sur son passé, sur deux époques contrastées de sa vie, celle de sa débauche parisienne et celle de sa rencontre et de son histoire d’amour avec l’étrange et insaisissable Brigitte Pierson.

Dans un décor d’une grande simplicité figurant au premier plan un intérieur cossu et à l’arrière, derrière un rideau transparent, quelques arbres appartenant à la forêt propice aux promenades des deux amants, s’impose un quinquagénaire à l’aspect romantique, oisif, amateur de bon vin, dont le regard n’a rien perdu ni de son charme, ni de sa gourmandise amoureuse.

Une mise en scène alerte jusqu’à l’espièglerie et le jeu tour à tour nostalgique et enflammé de Bertrand Farge accompagnent un texte de noirceur et de fulgurance.

Le récit et le jeu se mêlent. La rencontre des deux futurs amants est aussi douce, plongée dans l’incertitude d’une réciprocité des sentiments, que les moments de jalousie sont emportés, voire violents.

Cette représentation, par la clarté de l’adaptation, la limpidité de la mise en scène et du jeu dramatique, est une parfaite "lecture" de l’unique œuvre romanesque d’Alfred de Musset.

Elle devrait convenir parfaitement à un public de grands adolescents pour aborder l’ œuvre du poète et faire la découverte des premières "bandes de jeunes" que l’on appelle "Les romantiques".

C’est aussi l’occasion de découvrir ou de redécouvrir ce minuscule théâtre niché dans les ruelles du 3ème arrondissement que dirigea jusqu’à sa mort Jacques Mauclair.

Francis Dubois

Théâtre du Marais 37 rue Volta 75 003 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 88 42

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)
  • « Cirque Plein d’Air » Les Caramels fous
    Au début du siècle dernier, un cirque installé à la périphérie de Paris et qui avait jusqu’ici joui d’un grand succès se retrouve subitement au bord de la faillite. La mort de la femme à barbe qui... Lire la suite (16 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « L’autobus »
    Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)