Actualité théâtrale

La reine Blanche, scène des arts et des sciences, jusqu’au 29 octobre 2017.

« La danse de mort » d’August Strindberg . Mise en scène de Stuart Seide.

Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les compagnes d’autrefois sont devenues célèbres.

Au moment où le couple qui semble s’être coupé de toute vie sociale a le projet de fêter ses noces d’argent, débarque chez eux Kurt. une ancienne connaissance. Est-il un cousin ? Fut-il un proche ? Un ami, un amant ?

Le trio, un fois réunit ranime de vieilles braises et se livre à une « danse » effrénée qui se partage entre la comédie et la tragédie : folie « ordinaire », souffrances et petits arrangements...

Le jeu de massacre qui s’engage et qui révèle le couple à lui-même est débordant de férocité et de mauvaise foi.

Entre amour et haine, est-il effroyable ou cruel, grotesque, tragique ou risible ?

Théâtre : la danse de mort

Dans la pièce de Strindberg qui traite de « l’expérience de la mort », la « danse » du titre signifie le mouvement rituel de la répétition, du ressassement...

Les personnages semblent s’agiter pour combler un vide, faire face au temps qui passe et à l’accumulation des échecs et frustrations qui ont jalonné leur existence.

Les relations fortes qui ont marqué la vie du couple, l’amour qu’ils ont éprouvé l’un pour l’autre s’est -il transformé en haine ou bien la menace de la mort les met-elle dans un état tel qu’il ne leur reste plus, pour survivre qu’à échanger des répliques assassines ?

Le moment est-il pour les protagonistes celui des règlements de compte avec eux-mêmes et avec les autres, l’un et les autres responsables du remords qui les taraude d’avoir sacrifié à la réussite illusoire de leur union, les rêves et les ambitions de leur jeunesse.

L’arrivée de l’ami, si elle apporte dans un premier temps un nouveau souffle inespéré à leur vie, va révéler la folie du couple et exacerber leur détestation l’un pour l’autre.

La lecture du texte qu’a fait Stuart Seide de la sombre et jubilatoire pièce de Strindberg est tout à la fois stylisée et pointilleuse. Elle entraîne les comédiens dans des partitions fortes et contrastées, dans des revirements d’interprétation qui font de leurs personnages les maîtres de jeu de leur destin.

La mise en scène est menée avec une précision d’orfèvres et les trois comédiens sur scène sont parfaits...

Francis Dubois

Théâtre La Reine Blanche 2 bis passage Ruelle 75 018 Paris

Réservations 01 40 05 06 96 / reservation@reineblanche.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)