Actualité théâtrale

La reine Blanche, scène des arts et des sciences, jusqu’au 29 octobre 2017.

« La danse de mort » d’August Strindberg . Mise en scène de Stuart Seide.

Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les compagnes d’autrefois sont devenues célèbres.

Au moment où le couple qui semble s’être coupé de toute vie sociale a le projet de fêter ses noces d’argent, débarque chez eux Kurt. une ancienne connaissance. Est-il un cousin ? Fut-il un proche ? Un ami, un amant ?

Le trio, un fois réunit ranime de vieilles braises et se livre à une « danse » effrénée qui se partage entre la comédie et la tragédie : folie « ordinaire », souffrances et petits arrangements...

Le jeu de massacre qui s’engage et qui révèle le couple à lui-même est débordant de férocité et de mauvaise foi.

Entre amour et haine, est-il effroyable ou cruel, grotesque, tragique ou risible ?

Théâtre : la danse de mort

Dans la pièce de Strindberg qui traite de « l’expérience de la mort », la « danse » du titre signifie le mouvement rituel de la répétition, du ressassement...

Les personnages semblent s’agiter pour combler un vide, faire face au temps qui passe et à l’accumulation des échecs et frustrations qui ont jalonné leur existence.

Les relations fortes qui ont marqué la vie du couple, l’amour qu’ils ont éprouvé l’un pour l’autre s’est -il transformé en haine ou bien la menace de la mort les met-elle dans un état tel qu’il ne leur reste plus, pour survivre qu’à échanger des répliques assassines ?

Le moment est-il pour les protagonistes celui des règlements de compte avec eux-mêmes et avec les autres, l’un et les autres responsables du remords qui les taraude d’avoir sacrifié à la réussite illusoire de leur union, les rêves et les ambitions de leur jeunesse.

L’arrivée de l’ami, si elle apporte dans un premier temps un nouveau souffle inespéré à leur vie, va révéler la folie du couple et exacerber leur détestation l’un pour l’autre.

La lecture du texte qu’a fait Stuart Seide de la sombre et jubilatoire pièce de Strindberg est tout à la fois stylisée et pointilleuse. Elle entraîne les comédiens dans des partitions fortes et contrastées, dans des revirements d’interprétation qui font de leurs personnages les maîtres de jeu de leur destin.

La mise en scène est menée avec une précision d’orfèvres et les trois comédiens sur scène sont parfaits...

Francis Dubois

Théâtre La Reine Blanche 2 bis passage Ruelle 75 018 Paris

Réservations 01 40 05 06 96 / reservation@reineblanche.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)