Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Thibault Dentel (France)

"La danse des accrochés" Sortie en salles le 7 décembre 2016

Vincent vient de passer vingt-trois années en prison pour l’assassinat d’un homme qui avait humilié son père.

Il a obtenu pour les dix mois qu’il lui reste à purger, un aménagement de peine sous le contrôle d’un bracelet électronique.

Il est accueilli chez son cousin Didier, un agriculteur qui voue à sa mère une haine profonde depuis le suicide de son père.

Celle-ci qui, lorsqu’elle apprend qu’elle est condamnée par la maladie, décide de faire un testament dans lequel elle déshérite Didier.

Or, Didier est très attaché à la maison de famille qui, dans ce cas, lui échapperait.

Le film de Thibault Dentel raconte l’histoire de ces deux hommes. Le premier devant affronter la réalité d’une demi-liberté et l’autre, la perversité d’un chantage morbide.

Cinéma : la danse des accrochés

A l’origine du projet de " La danse des accrochés", il y a l’écriture d’un documentaire sur le "placement sous surveillance électronique" (PSE).

En découvrant la réalité de cette possibilité d’écourter l’enfermement carcéral, il en mesure la portée sociale et sociétale et entrevoit très vite la possibilité de réaliser un long métrage sur le sujet.

Thibault Dentel appartient à la catégorie des "francs-tireurs" du cinéma. Ces réalisateurs qui, n’obtenant aucun financement sur la présentation de leur projet, raclent les fonds de tiroirs et deviennent leur propre producteur.

" La danse des accrochés" est né de sa ténacité et de nombreuses complicités artistiques et techniques.

Et pourtant, rien, à aucun moment, ne vient trahir le manque de moyens et la modestie de la production.

Thibault Dentel filme avec un visible plaisir et une efficace simplicité ses personnages vrais, chaleureux, émouvants, drôles (les dialogues très écrits sont savoureux), les amples paysages de la campagne vendéenne et les travaux des champs avec une justesse jubilatoire.

Un noir et blanc profond ajoute à l’authenticité de l’ensemble.

Tout cela se relâche légèrement au moment où le récit bifurque vers le genre policier à partir de l’élaboration d’un crime parfait où réalisme et burlesque se côtoient, peuvent surprendre, mais finissent par faire "bon ménage".

Il fallait de l’audace pour, aux trois quarts du récit, prendre soudain cette direction inattendue et la mener frontalement. C’est un tour de force d’y être parvenu et d’avoir ajouté du plaisir au plaisir en cassant le rythme et en basculant dans ce qui, sans le talent de conteur du réalisateur, aurait pu devenir grotesque ou invraisemblable.

"La danse des accrochés " que de façon injuste, aucun festival n’a voulu inscrire à sa programmation, vaut dix fois mieux que des réalisations poussives à qui on ouvre des grands circuits de salles.

Aussi, si le film de Thibault Dentel est projeté à proximité, il ne faut pas hésiter un seul instant et y aller. Au final, on aura vu un bon film, apprécié d’excellents comédiens, fait circuler le bouche à oreille et encouragé un réalisateur qui le mérité largement à nous proposer très vite un prochain film qu’on attend déjà avec impatience.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les misérables »
    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, prend ses fonctions au sein de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93, un secteur réputé sensible de la banlieue parisienne. Il rencontre ses... Lire la suite (16 novembre)
  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)