Actualité théâtrale

Du 7 au 17 juillet au Festival d’Avignon

« La dernière idole »

Pour nous conter l’histoire d’une idole qui vieillit, continue les concerts malgré la lassitude, pour fuir le vide et éloigner le spectre de la mort, Hélène François et Emilie Vandenameele, qui signent aussi la mise en scène, ont lâché la bride à leur imaginaire en s’inspirant de la vie de Johnny Halliday. Le chanteur, son nom n’est pas prononcé, parle de ses succès, de sa famille, de son goût pour l’alcool, les gitanes et les femmes, de ses tournées, du vide, de la solitude et de la tristesse qui suivent la poussée d’adrénaline sur scène. Á force de toujours vouloir vivre intensément, la star oublie de vivre. Et à travers ce portrait s’impose l’idée que c’est le regard des spectateurs qui construit l’idole, que celle-ci devient prisonnière de son image et n’arrive plus à lui échapper.

Théâtre : La dernière idole

Pierre-François Garel, cigarette aux lèvres, est assis devant une très longue table encombrée de verres et de bouteilles occupant tout l’espace, comme pour combler le vide dont le chanteur ne cesse d’avoir peur. Il se lève, fait de la muscu, fume, boit, téléphone à sa femme, prend le micro et la pose du rocker. Il se révolte, s’emporte contre ce qui l’entrave, revient sur son passé, ses concerts, ses rencontres, travaille avec les meilleurs pour être le meilleur.

L’acteur fait aussi passer le doute, le besoin de flamber pour échapper à la solitude, une vie qui se résume de plus en plus à combler le vide. Et quand tombent sur lui des paillettes, de la poussière et des billets, tandis que retentissent clameurs et applaudissements, l’émotion nous emporte.

Micheline Rousselet

Tous les jours du 7 au 17 juillet à 22h40 à l’Artephile

7 rue Bourgneuf, Avignon

Du 18 au 22 avril 2017 au Théâtre Jean Arp à Clamart

Le 25 avril 2017 à L’Avant-Seine à Colombes

Autres dates à venir

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Molière »
    C’est dans l’intimité d’un couple célèbre, Molière et Madeleine Béjart que nous invite le dramaturge Gérard Savoisien. On est en 1661, le succès de Molière a été reconnu par le Roi et il est invité à jouer... Lire la suite (11 septembre)
  • « Et si on ne se mentait plus »
    C’est chez Lucien Guitry, au 26 place Vendôme, que se rencontraient, au tournant du XXème siècle pour déjeuner tous les jeudis, ceux qu’Alphonse Allais avait baptisés « les mousquetaires » et qui... Lire la suite (10 septembre)
  • « Pour le meilleur et pour le dire »
    Imaginons une femme hypersensible qui sort d’une histoire d’amour ratée avec un pervers narcissique et qui rencontre un homme vulnérable, amoureux fou d’elle mais qui n’arrive pas à lui confier ses... Lire la suite (6 septembre)
  • « Asphalt jungle »
    Deux hommes désœuvrés sortent de scène à tour de rôle pour frapper quelqu’un. On ne voit pas la victime, on entend juste les coups et les gémissements. Ils demandent ensuite au troisième, un de leurs... Lire la suite (4 septembre)
  • « Tendresse à quai »
    Une jeune femme en tenue de cadre est assise à une table sur un quai de gare. Elle lit un recueil de poèmes de Mallarmé. Un homme arrive et s’assied à une table voisine, l’observe, se dit qu’il a le... Lire la suite (3 septembre)