Actualité théâtrale

Jusqu’au 15 octobre au Ciné 13 Théâtre

« La femme qui frappe »

Nous sommes le 22 juillet 1969, le jour où pour la première fois un homme a marché sur la lune. C’est la fête, mais enfermée chez elle, devant sa machine à écrire, une jolie femme tape avec acharnement pour un employeur, un écrivain obsédé et pervers. Elle se décide, après de nombreuses hésitations, à lui téléphoner pour une virgule mal placée. Ce faisant, elle va mettre en branle une relation perverse avec ce patron obsédé de pouvoir et adepte du coït téléphonique. L’arrivée, par jets successifs, du courrier porteur de la logorrhée de cet auteur égocentrique et tortionnaire fait monter la pression chez cette femme, qu’il exploite et humilie.

C’est un regard pessimiste qui est porté sur le monde du travail, surtout quand l’employée est une femme et l’employeur, quelqu’un qui se prend pour un écrivain et use de son pouvoir pour l’humilier. Pourtant c’est une comédie qui parfois s’envole dans le délire et la folie. Victor Haïm, auteur de la pièce, la met en scène dans un décor de plus en plus encombré par les textes à taper, où s’impose le téléphone et la machine à écrire, qui elle-aussi finit par se détraquer à l’instar de la relation entre la secrétaire et son employeur.
Il faut surtout saluer la performance de Marianne Soumoy. Elle apparaît comme une femme un peu perdue au début de la pièce, n’osant même pas téléphoner à son employeur, qui forcément la domine avec son aura d’écrivain et parce qu’elle a besoin de l’argent qu’il va chichement lui verser. Nous la voyons se transformer peu à peu devant nous. Elle change d’attitude, se transforme physiquement, prend une voix plus assurée, se révolte et acquiert jugement et dignité, quel qu’en soit le prix. Pour elle il faut voir la pièce.
Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 21h30, le dimanche à 15h30
Ciné 13 Théâtre
1 avenue Junot, 75008 Paris
www.cine13-theatre.com
Réservations : 01 42 54 15 12 (se recommander du Snes et de cet article : sollicitation de partenariat Réduc’snes en cours)

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Inflammation du verbe vivre »
    Alors que Wajdi Mouawad, le directeur de La Colline, avait souhaité se lancer dans une entreprise fleuve, mettre en scène les sept pièces de Sophocle qui nous sont parvenues, le poète auquel il... Lire la suite (14 novembre)
  • « Il y aura la jeunesse d’aimer »
    Le couple que formèrent Louis Aragon et Elsa Triolet, unis par l’amour et l’engagement politique, est devenu emblématique. Didier Bezace s’est associé à Bernard Vasseur, directeur du Moulin de... Lire la suite (11 novembre)
  • « Dans la luge d’Arthur Schopenhauer »
    Yasmina Reza résume son texte en disant qu’il s’agit « de quatre brefs passages en revue de l’existence par des voix différentes et paradoxales, ou encore d’une variation sur la solitude humaine et des... Lire la suite (9 novembre)
  • « Après la répétition »
    On sait la puissance des liens qui unissent souvent un metteur en scène et ses comédiennes. En cherchant comment jouer la séduction, la naissance de l’amour, la passion, la lassitude qui s’installe,... Lire la suite (2 novembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (1er novembre)