Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Marie Garel-Weiss (France)

« La fête est finie » Sortie en salles le 28 février 2018.

Céleste et Sihem sont arrivées le même jour, ravagées physiquement et psychologiquement, dans le même centre de désintoxication. D’humeur méfiante, voire hostile, elles vont cependant voir se sceller entre elles une amitié indestructible.

Leur renvoi du Centre pour insoumission au règlement et l’épreuve du monde réel et de ses tentations vont les renvoyer à toutes sortes de dangers et précarités. Le vrai combat va commencer, celui de l’abstinence et de la liberté. Mais vont-elles y parvenir ?

Le film de Marie Garel-Weiss, bien qu’étant le énième sur le sujet de la dépendance à la drogue et sur la tentative de désintoxication, échappe cependant aux nombreux clichés qui menacent ce genre d’entreprise. Vu sous l’angle d’une solide amitié entre les deux protagonistes et relayé par un duo d’actrices splendides, «  La fête est finie » jouit d’une sorte de grâce, d’une force singulière, d’une espèce de lisibilité seconde entre les lignes du récit.

La construction du film épouse l’aridité du sujet et de son traitement, la force des sentiments qui unissent Céleste et Sihem est soulignée au point qu’ elles paraissent s’étonner du fait qu’elles puissent en être capables.

Car ce que le film de Marie Garel-Weiss raconte en substance c’est la rencontre opportune de deux êtres handicapés affectifs, de deux boiteux du cœur que la vie a privés jusque là du plaisir d’une vraie présence complice. L’entourage de ces deux filles a fui ses responsabilités sans doute par peur de découvrir au-delà de la « partie visible de l’iceberg » l’étendue considérable des dégâts.

Cinéma : La fête est finie

La question à laquelle le film répond est la suivante : dans le cas de dégâts extrêmes, existe-t-il dans un être humain une force insoupçonnée qui lui permettrait non seulement de rebondir, mais aussi d’avoir assez de force pour venir en aide à d’autres ?

La seule réserve qu’on pourrait faire à ce film puissant, aride et chaleureux concerne des scènes de réunions entre personnes dépendantes d’une drogue. N’y aurait-il pas des astuces de mise en scène qui éviteraient que ces moments soient aussi semblables d’un film à l’autre, comme si on avait opéré des copier-coller ? Un travail sur le hors champ par exemple, qui éviterait à un film aussi solide et généreux que «  La fête est finie  » à chacune de ces séquences, de tomber dans la banalité.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Effacer l’historique »
    Dans un lotissement pavillonnaire à la périphérie d’une ville de province, trois voisins qui se sont connus sur un rond-point pendant le mouvement des gilets jaunes sont comme tant d’autres en... Lire la suite (24 août)
  • « Mignonnes »
    Amy, 11 ans, a du mal à s’intégrer dans le collège où elle est inscrite. Elle croise un groupe de filles danseuses délurées appelées « Les mignonnes » qui la fascinent au point que, pour les approcher,... Lire la suite (18 août)
  • « La femme des steppes, le flic et l’œuf »
    Le corps nu d’une femme gît sans vie sur un chemin en plein milieu de la steppe mongole. Un jeune policier sans expérience est désigné pour monter la garde auprès du cadavre en attendant l’arrivée de... Lire la suite (17 août)
  • « Voir le jour »
    Jeanne est auxiliaire de santé dans une maternité de Marseille. Avec ses collègues, elles se battent avec un emploi du temps surchargé afin de faire face du mieux qu’elles peuvent à l’accueil et à la... Lire la suite (10 août)
  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)