Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

POLAR

« La fille de la pluie », Pierric Guittaut Voir le Berry… en noir.

L’intention de l’auteur, Pierric Guittaut – qui signe son premier roman dans la Série Noire – est visible et sensible. Lutter contre tous les clichés qui encombrent la littérature, surtout la noire, sur cette campagne française aux secrets enfouis dans la paille et les maisons trop souvent fermées. La rage aussi contre les étrangers incapables de laisser devant chaque porte les préjugés. Le rejet de l’Autre ce n’est pas seulement l’immigré, c’est aussi ce voisin qui semble une borne des temps reculés, le paysan, le chasseur.

Lutter contre cette déformation de la réalité véhiculée soit par les films soit par ADG – un auteur réédité dans Folio Policier -, avec cette condescendance de l’urbain face au rural, deux mondes qui n’ont pas de langage commun. Deux incompréhensions qui s’affrontent. Les jeunes voudraient être libres, vivre leur vie mais ils sont engoncés dans cette toile d’araignée du passé et de ces secrets si bien gardés qu’ils produisent des échecs, des morts.

L’auteur a voulu une figure symbolique de la liberté. Une jeune fille, belle à en mourir – un cliché des polars, le sait-il ? – d’une quinzaine d’années qui cristallise tous les espoirs, tous les désirs, toutes les fuites. Une figure trop fugitive. Difficile d’y croire à « La fille de la pluie », titre de ce roman qui se veut noir.

Pour faire connaître cette contrée, il se sert d’un clerc de notaire, Hughes, perdu dans cette campagne qu’il ne connaît pas, avec la sensation, partagée par la plupart des citadins des grandes villes, qu’il se trouve dans le trou du cul du monde. Accueilli par une famille, il entre sans le savoir dans un labyrinthe de secrets familiaux opposant des familles entre elles, résultat d’amours contrariées, de jalousies, de rancœurs, de meurtres sans préméditation. Les désirs refoulés pèsent, faisant le chiffre d’affaires d’une boulangère.

Ce petit monde, comme celui de la chasse, est décrit avec générosité. Pourtant, il donne l’impression d’être artificiel. Le lecteur a du mal – peut-être parce qu’il est citadin – à y pénétrer, à s’y intéresser. Dés le début, on sait comment toutes ces rencontres que fait Hughes se termineront. L’auteur ne sait pas nous surprendre. Nous amener ailleurs.

Au total, un premier essai pas totalement transformé. Il a raté la barre. Mais il a su franchir la défense adverse. C’est déjà pas si mal.

Nicolas Béniès.

« La fille de la pluie », Pierric Guittaut, Série noire/Gallimard, Paris, 2013 .

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • « Le banquier de Daech », Pascal Canfin
    « Le banquier de Daesh », un titre qui définit bien le contenu. Comment Daesh réussit-il à trouver des sources de financement ? Quel rôle joue la Russie de Poutine dans les liens étranges que des États... Lire la suite (20 septembre)
  • « Moins 18° », Stefan Ahnhem
    L’Europe du Nord n’en finit pas de faire découvrir de nouveaux auteurs de polars souvent à la limite du thriller sans la mécanique du genre qui fait désespérer de l’écriture. Stefan Ahnhem est le... Lire la suite (19 septembre)
  • « Le disparu de Larvik », Jorn Lier Horst
    William Wisting est le personnage récurrent de Jorn Lier Horst, un auteur de polar, norvégien, reconnu dans le monde entier. Wisting vieillit. Sa femme est morte et il essaie d’avoir une vie... Lire la suite (27 août)
  • « Le mystère de la chambre bleue »
    « Le mystère de la chambre bleue », qui n’a rien à voir avec la jaune, est une enquête de Louis Fronsac, un héros récurrent de Jean d’Aillon. Un notaire, fils de notaire qui exerce son métier de détective... Lire la suite (26 août)
  • « La proie », Deon Meyer
    Deon Meyer est chroniqueur de son pays à travers son personnage récurrent, Benny Griessel policier de la brigade des Hawks – faucons en français. Le bandeau jaune annonce « Le retour de Bennie... Lire la suite (26 août)