Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Aurélia Georges (France)

"La fille et le fleuve" Sortie en salles le 11 novembre 2015.

Samuel sauve Nouk de la noyade au moment où elle s’apprête à s’enfoncer dans les profondeurs du fleuve. Leur rencontre lui redonne goût à la vie avant que naisse entre eux une relation amoureuse.

Alors que leur amour grandit dans une belle harmonie, Samuel meurt dans un accident.

Alors qu’il se retrouve dans les nimbes, Nouk nourrit l’espoir fou de l’arracher au séjour des morts.

Cinéma : la fille et le fleuve

Selon ses propres propos, Aurélia Georges a souhaité réaliser "une fantaisie fantastique" dont l’idée lui est venue de son admiration pour Jacques Rivette et plus précisément pour certains de ses films, notamment " Out One", " la bande des quatre " ou " Histoire de Marie et Julien" .

" La fille et le fleuve " est un récit minimaliste qui a connu un long parcours avant de prendre sa forme définitive.

Il donna lieu, dans un premier temps, à un court métrage " Le fleuve Seine " avant que, faute de financement, le tournage ne soit repris à l’arrache, au gré des disponibilités des décors et des comédiens.

Le film, commencé en 2012 ne sera achevé qu’en 2013 et la majorité des séquences ont été tournées en équipe réduite comme pour un documentaire.

Outre les deux acteurs qui interprètent Samuel et Nouk (une bonne idée que d’avoir distribué le rôle de Nouk à Sabrina Seyvecou, un comédienne trop rare) le reste de la distribution est constituée d’acteurs en participation comme Serge Bozon ou Françoise Lebrun, d’amis réalisateurs ainsi Pierre Léon ou Marie-Claude Treilhou et quelques non acteurs comme l’attaché de presse Jean-Bernard Emery.

Le film joue avec des images connues de la mort mais en propose d’autres plus inattendues comme cet espace administratif et flottant du monde des morts où tout s’est organisé pour remplir le temps, où des employés du séjour des morts très protocolaires sont incapables de prendre en compte un élément encore vivant comme Samuel.

Autre parenté avec certain films de Jacques Rivette, la façon de filmer Paris avec une préférence pour un Paris déstructuré (quartiers déstructurés ou en travaux : Les Halles, les Buttes Chaumont) ou un Paris modeste (Nord de la ville, couloirs du RER) et la possibilité pour certains personnages croyant à l’invisible, à l’impossible, de communiquer avec l’au-delà.

Le charme et la faiblesse de " La fille et le fleuve " tiennent à la simplicité, voire à la naïveté parfois du récit, en même temps qu’à sa complexité, sa façon de brouiller les pistes.

Une question se pose à propos de ces productions de cinéma fabriquées "à l’arrache", c’est de savoir à quel public il s’adresse. On ne peut pas imaginer qu’un projet obstiné dont la réalisation s’est étendue sur deux années se contente d’une sortie confidentielle et d’une poignée de spectateurs pour venir voir le film qui en a résulté.

Le film vise-t-il une sélection dans des festivals (" La fille et le fleuve " était à Cannes 2015 dans la section ACID) ? ou est-il là avec une intention militante, la reconnaissance de ces productions cinématographiques marginales qui, en existant, contribuent à réserver une place, fut-elle minuscule, à ce cinéma confidentiel, qui est un souffle nécessaire ?

" La fille et le fleuve " dans le cas où le film serait bien reçu par la critique, permettra-t-il à la réalisatrice Aurélia Georges dont le dernier long métrage " L’homme qui marche " remonte à 2008, de pouvoir mettre sur pied un projet dans des conditions de tournage plus confortables ?

Avec de nouvelles données prévisibles dans le mode de production de certaines chaînes télé, se trouverait-on à une période charnière ?

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)