Actualité théâtrale

Jusqu’au 11 décembre au Théâtre de la Tempête

"La folie Sganarelle" Partenaire Réduc’snes

Rassembler trois courtes pièces de Molière pour découvrir qui est Sganarelle, ce personnage que Molière a tant interprété, tel est le projet de Claude Buchvald. Dans L’amour médecin , Sganarelle ne veut pas marier sa fille qui meurt d’impatience d’épouser son amoureux, dans Le mariage forcé , il ne veut plus se marier et désire renoncer à sa promesse au grand dam de sa fiancée, dans La jalousie du barbouillé , il est enfin marié … et trompé ! Dans les trois cas, Sganarelle imagine des plans tordus, se révèle égoïste et intéressé et finit berné, bafoué, trompé. Ces trois courtes pièces sont souvent dédaignées. Elles ne sont pas des chefs-d’œuvre, mais pourtant, quel festival de la parole ! La langue se répand, s’accélère, devient parfois chaotique et se réjouit de sa propre richesse. Ainsi dans L’amour médecin , Molière oppose le jargon des médecins à la langue des amoureux. DansLe mariage forcé , c’est des doctes philosophes empêtrés dans leurs raisonnements absurdes et leur langage ampoulé que Molière se moque, et dans La jalousie du barbouillé, il nous conduit à la limite de la cruauté et le pauvre Sganarelle sombre sous les moqueries, les insultes et les coups.

Connue pour ses mises en scène à l’Opéra et pour celles des pièces de Valère Novarina, Claude Buchvald a choisi ici un dispositif scénique simple. Une petite maisonnette permet aux personnages d’entrer et de sortir, d’apparaître aux fenêtres en soulevant les volets qui claquent à l’unisson des portes et ponctuent la farce. Les personnages sautillent, pirouettent, dansent, parfois semblables à des pantins, parfois plus sérieux. Les bâtons frappent, les corps s’affaissent sous les coups pour se redresser comme des diables sortant de leur boîte. Claude Buchvald a surtout accordé beaucoup d’importance au rythme des répliques qui se répondent percutantes comme les coups de bâton qui frappent le pauvre Sganarelle.

Claude Merlin incarne les trois Sganarelle. De sa formation au Théâtre du Soleil, de son travail avec Kantor, avec le Théâtre du Campagnol et avec Philippe Adrien entre autres, il a gardé un art consommé d’occuper l’espace. Il varie les mimiques et les postures, déploie avec énergie une agitation stérile, sa diction est parfaite et nous entraîne sans aucune hésitation jusqu’au délirant désordre final.

Se laisser emporter par la folie de ces petites farces, se délecter d’une langue inventive dite par un très bon acteur, voilà de bonnes raisons pour aller jusqu’à La Cartoucherie !

Micheline Rousselet

 

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h30

Théâtre de La Tempête

Cartoucherie

Route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36

www.la-tempete.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)