Actualité théâtrale

Jusqu’au 12 octobre au Théâtre de la Tempête, Partenaire Réduc’Snes

« La grande nouvelle »

Les êtres humains ont peur de la maladie, de la vieillesse et de la mort aujourd’hui comme au temps de Molière. Cela a donné à Philippe Adrien l’envie de réécrire, en compagnie de Jean-Louis Bauer, Le malade imaginaire , mais en l’adaptant aux changements intervenus dans la société, la science, les mœurs et la famille.

Les deux auteurs se sont sûrement beaucoup amusés ! On retrouve Argan, l’hypocondriaque, obsédé par la poursuite d’une éternelle jeunesse et la volonté de repousser la mort (une vie de 1000 ans, c’est cela la grande nouvelle  !). Les autres personnages ont vu leurs noms plus ou moins transformés, mais le clin d’œil est là. Sa fille Angélique est devenue Angèle, Beline, son épouse est devenue Aline, toujours avide d’argent et transformée en pur produit de la chirurgie esthétique. Il y a les deux Diafoirus devenus Hippolyte Dupont de la Roche et son fils, des financiers proposant à Argan des investissements dans les nouveaux médicaments et les dernières trouvailles de la nanotechnologie au service de la santé. On retrouve la structure du malade imaginaire, certaines grandes scènes transformées à la lumière des obsessions d’aujourd’hui (la scène du poumon devient celle de la prostate), mais il n’y a pas un mot de Molière. Il y a même des intermèdes musicaux, comme chez Molière, et son portrait est fixé au mur !
Théâtre La grande nouvelle
Il n’y a pas que Tartuffe ou Le misanthrope qui restent d’actualité chez Molière. Même dans ses comédies, les thèmes traversent le temps sans beaucoup de rides. La maison d’Argan est équipée de toutes les nouvelles technologies, il dispose d’un panel de remèdes considérable et est connecté à tous les sites qui lui déversent une information continue, mais il reste centré sur ses obsessions, la peur de vieillir et de mourir, prêt à écouter le premier charlatan venu. L’argent reste un sujet de discorde dans la famille, même si désormais c’est d’investissements dont on parle.

Dans un décor de maison hyperconnectée, où la vidéo intervient, sans être omniprésente comme c’est trop souvent le cas au théâtre aujourd’hui, Philippe Adrien organise le déplacement des comédiens dans un rythme qui s’accélère au gré de leur délire. Patrick Paroux campe un Argan remarquable. Il arrive à dépasser les limites et évoque Louis de Funès dans son agitation, ses inquiétudes et ses colères. Nathalie Mann incarne une Aline, transexuelle entièrement refaite qui nous entraîne dans le burlesque. Pierre Lefebvre fait un numéro de sorcière vaudou qui déchaîne l’hilarité. Au milieu de tous ces fous, Jean-Marie Galey incarne avec sobriété le frère d’Argan, celui à qui il reste un gramme de bon sens. Tous sont excellents. C’est percutant, cruel parfois, il y a de la farce, on rit beaucoup, on frôle même le délire, et pourtant on garde l’esprit en éveil sur les travers humains. Quel bel hommage à Molière !

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h

Théâtre de la Tempête

Cartoucherie

Route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36

www.la-tempete.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)