Actualité théâtrale

Jusqu’au 28 octobre à la Maison des Métallos

« La guerre des salamandres »

C’est en 1935 que Karel Čapek, auteur tchèque à qui l’on attribue généralement l’invention du mot « robot », écrivait cette fable entre dénonciation et dystopie. Un vieux marin découvre dans les îles de la Sonde une île habitée d’étranges créatures aux qualités presqu’humaines, des salamandres, qui le couvrent généreusement de perles magnifiques. Appâté par ces créatures qui ne réclament aucun salaire, il s’associe à un industriel pour faire travailler ces salamandres sans les cantonner à la recherche des perles. Peu à peu leur exploitation va s’accentuer. Elles feront l’objet d’évaluations boursières, on va les vendre, créer des élevages de salamandres jusqu’au jour où ayant appris à lire, à écrire, à dire non elles vont prendre l’ascendant sur les hommes. Sans compter que dans le même temps, l’exploitation effrénée des ressources a mis l’avenir du monde en péril.

On comprend vite que ce roman foisonnant, qui constitue une charge féroce contre un capitalisme prêt à sacrifier l’humanité et son environnement pour son enrichissement sans limite, ne pouvait que séduire Robin Renucci. Cette fable caustique, dans la veine de Swift dénonçant avec un humour caustique l’avidité des bourgeois de son époque, lui offrait tout ce qui passionne en lui le comédien et le metteur en scène. Evelyne Loew a écrit une adaptation du roman pour sept comédiens en conservant la fantaisie et l’inventivité visionnaire du roman de Čapek.

Théâtre : La guerre des salamandres

Au centre de la scène, une très grande table ronde, image du monde autour de laquelle tournent les décideurs et les journalistes. Dans un coin, une grue portuaire d’où parle le narrateur et où se presseront les humains menacés. Bien sûr on ne verra pas les salamandres, mais leur présence s’impose à l’imagination des spectateurs. Ne seraient-elles pas là, dans la baignoire ou derrière des rideaux de plastique translucides ? Toute la beauté de la mise en scène de Robin Renucci réside dans cet artisanat qui magnifie l’illusion. La magie du théâtre est visible. On glisse d’une esthétique des années 30 dans les costumes et les intérieurs à un avenir menaçant qu’il n’est nul besoin de représenter car les mots suffisent. Les acteurs deviennent aussi chanteurs, bruiteurs, créant le bruit de l’orage avec une plaque métallique, celui de l’eau avec une bassine. Nul besoin d’effets spéciaux, une vidéo au noir et blanc un peu sale suffit à compléter les dialogues qui font avancer la fable. Judith d’Aleazzo, Gilbert Épron, Solenn Goix, Julien Léonelli, Sylvain Méallet, Julien Renon et Chani Sabaty glissent d’un personnage à l’autre et entraînent les spectateurs dans cette histoire où le fantastique se mêle au réalisme dans la condamnation de l’exploitation et des totalitarismes, dans la défense de la diversité, du respect du vivant et de l’environnement.

Un texte qui nous tient en haleine, un plaidoyer humaniste simple, lisible, sans prétention, très bien mis en scène et joué. Tous les ingrédients sont là pour le théâtre que l’on aime.

Micheline Rousselet

Mardi, mercredi, vendredi à 20h, jeudi et samedi à 19h, dimanche à 16h

La Maison des Métallos

94 rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 47 00 25 20

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)