Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Sébastien Laudenbach (France)

"La jeune fille sans mains" Sortie en salles le 14 décembre 2016.

En des temps difficiles un meunier est contraint de vendre sa fille au Diable.

Protégée par sa pureté, celle-ci parvient à lui échapper mais, sur la demande de celui-ci, elle est privée de ses mains.

Dans sa fuite qui la conduit loin de sa famille, elle va rencontrer des personnages qui lui seront favorables : la déesse de l’eau, un doux jardinier et le Prince en son château qui va tomber éperdument amoureux d’elle.

Le Prince lui offre des mains de remplacement en or, l’épouse, mais alors qu’elle attend un heureux événement, il doit partir au combat.

Cinéma : La jeune fille sans mains

Olivier Py, metteur en scène de théâtre avait écrit une adaptation pour la scène de " La jeune fille sans mains" des Frères Grimm, sous le titre " La jeune fille, le diable et le moulin ".

Sébastien Laudenbach s’est librement inspiré de cette adaptation pour écrire le scénario de son film revenu au titre initial.

Après avoir dû abandonner le projet d’une production classique faute de financement, le metteur en scène met à profit une résidence d’artistes et se lance seul dans une fabrication inédite, pour un film d’animation d’une telle durée.
Le film a été entièrement peint sur papier.

Il en résulte un travail qui donne une grande importance au dessin, un dessin léger avec des vides et qui ne trouve sa cohérence que dans sa mise en mouvement.

Contrairement à la majorité des films d’animation dans lesquels les images sont parfaitement finies, celles de " La jeune fille sans mains" paraissent souvent inachevées.

Et Sébastien Laudenbach aime à penser que cet inachèvement, volontaire ou pas, permettra au spectateur de laisser agir son imagination et de remplir ce qui lui semble manquer.

En dehors de cette particularité, le film s’inscrit dans la tradition du genre : époque indéterminée, pays lointain inventé, personnages qui sont plus des silhouettes que des caractères.

L’histoire est ancrée dans une nature métaphorique : le Diable polymorphe plus faune que démon, la déesse de la rivière guide de la protagoniste dans son voyage, une forêt sombre et un plateau montagneux favorable à l’isolement.

Au final, le dessin qui parait minimaliste, a un fort pouvoir évocateur et "La jeune fille sans mains " est une œuvre singulière qui, avec son tracé hésitant du crayon, restitue parfaitement l’univers du conte des Frères Grimm.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les misérables »
    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, prend ses fonctions au sein de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93, un secteur réputé sensible de la banlieue parisienne. Il rencontre ses... Lire la suite (16 novembre)
  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)