Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Sébastien Laudenbach (France)

"La jeune fille sans mains" Sortie en salles le 14 décembre 2016.

En des temps difficiles un meunier est contraint de vendre sa fille au Diable.

Protégée par sa pureté, celle-ci parvient à lui échapper mais, sur la demande de celui-ci, elle est privée de ses mains.

Dans sa fuite qui la conduit loin de sa famille, elle va rencontrer des personnages qui lui seront favorables : la déesse de l’eau, un doux jardinier et le Prince en son château qui va tomber éperdument amoureux d’elle.

Le Prince lui offre des mains de remplacement en or, l’épouse, mais alors qu’elle attend un heureux événement, il doit partir au combat.

Cinéma : La jeune fille sans mains

Olivier Py, metteur en scène de théâtre avait écrit une adaptation pour la scène de " La jeune fille sans mains" des Frères Grimm, sous le titre " La jeune fille, le diable et le moulin ".

Sébastien Laudenbach s’est librement inspiré de cette adaptation pour écrire le scénario de son film revenu au titre initial.

Après avoir dû abandonner le projet d’une production classique faute de financement, le metteur en scène met à profit une résidence d’artistes et se lance seul dans une fabrication inédite, pour un film d’animation d’une telle durée.
Le film a été entièrement peint sur papier.

Il en résulte un travail qui donne une grande importance au dessin, un dessin léger avec des vides et qui ne trouve sa cohérence que dans sa mise en mouvement.

Contrairement à la majorité des films d’animation dans lesquels les images sont parfaitement finies, celles de " La jeune fille sans mains" paraissent souvent inachevées.

Et Sébastien Laudenbach aime à penser que cet inachèvement, volontaire ou pas, permettra au spectateur de laisser agir son imagination et de remplir ce qui lui semble manquer.

En dehors de cette particularité, le film s’inscrit dans la tradition du genre : époque indéterminée, pays lointain inventé, personnages qui sont plus des silhouettes que des caractères.

L’histoire est ancrée dans une nature métaphorique : le Diable polymorphe plus faune que démon, la déesse de la rivière guide de la protagoniste dans son voyage, une forêt sombre et un plateau montagneux favorable à l’isolement.

Au final, le dessin qui parait minimaliste, a un fort pouvoir évocateur et "La jeune fille sans mains " est une œuvre singulière qui, avec son tracé hésitant du crayon, restitue parfaitement l’univers du conte des Frères Grimm.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Sunset »
    1913, Irisz Leiter revient à Budapest après avoir passé son enfance dans un orphelinat. Son retour a Budapest est motivé par le désir de travailler dans le magasin de chapeaux dont autrefois, ses... Lire la suite (19 mars)
  • « Résistantes »
    Eveline, Zoulikha, Alice trois femmes aujourd’hui vieillissantes se sont engagées dans les rangs du FLN dès le tout début de la guerre d’indépendance algérienne. Déterminées à accomplir la mission qu’on... Lire la suite (18 mars)
  • « M »
    M. Menahem qui a été, alors qu’il était enfant, abusé par des membres de sa communauté, revient vingt ans après à la recherche des coupables dans son quartier natal de Bnel Brak, capitale mondiale des... Lire la suite (18 mars)
  • « Dernier amour »
    Au XVIIIème siècle, Giacomo Casanova connu pour son goût pour le plaisir et le jeu ,a été contraint de s’exiler et a élu domicile à Londres. Dans cette ville qui lui est totalement inconnue, son chemin... Lire la suite (17 mars)
  • « L’homme qui a surpris tout le monde »
    Aux confins de la Taïga sibérienne, Egor assure les fonctions de garde forestier. C’est un bon père de famille, un époux aimant et un citoyen intègre respecté de tous. Alors que lui et sa femme Natalia... Lire la suite (16 mars)