Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Sébastien Laudenbach (France)

"La jeune fille sans mains" Sortie en salles le 14 décembre 2016.

En des temps difficiles un meunier est contraint de vendre sa fille au Diable.

Protégée par sa pureté, celle-ci parvient à lui échapper mais, sur la demande de celui-ci, elle est privée de ses mains.

Dans sa fuite qui la conduit loin de sa famille, elle va rencontrer des personnages qui lui seront favorables : la déesse de l’eau, un doux jardinier et le Prince en son château qui va tomber éperdument amoureux d’elle.

Le Prince lui offre des mains de remplacement en or, l’épouse, mais alors qu’elle attend un heureux événement, il doit partir au combat.

Cinéma : La jeune fille sans mains

Olivier Py, metteur en scène de théâtre avait écrit une adaptation pour la scène de " La jeune fille sans mains" des Frères Grimm, sous le titre " La jeune fille, le diable et le moulin ".

Sébastien Laudenbach s’est librement inspiré de cette adaptation pour écrire le scénario de son film revenu au titre initial.

Après avoir dû abandonner le projet d’une production classique faute de financement, le metteur en scène met à profit une résidence d’artistes et se lance seul dans une fabrication inédite, pour un film d’animation d’une telle durée.
Le film a été entièrement peint sur papier.

Il en résulte un travail qui donne une grande importance au dessin, un dessin léger avec des vides et qui ne trouve sa cohérence que dans sa mise en mouvement.

Contrairement à la majorité des films d’animation dans lesquels les images sont parfaitement finies, celles de " La jeune fille sans mains" paraissent souvent inachevées.

Et Sébastien Laudenbach aime à penser que cet inachèvement, volontaire ou pas, permettra au spectateur de laisser agir son imagination et de remplir ce qui lui semble manquer.

En dehors de cette particularité, le film s’inscrit dans la tradition du genre : époque indéterminée, pays lointain inventé, personnages qui sont plus des silhouettes que des caractères.

L’histoire est ancrée dans une nature métaphorique : le Diable polymorphe plus faune que démon, la déesse de la rivière guide de la protagoniste dans son voyage, une forêt sombre et un plateau montagneux favorable à l’isolement.

Au final, le dessin qui parait minimaliste, a un fort pouvoir évocateur et "La jeune fille sans mains " est une œuvre singulière qui, avec son tracé hésitant du crayon, restitue parfaitement l’univers du conte des Frères Grimm.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Reprise"
    En juin 1968, un groupe d’étudiants en cinéma de l’IDHEC filme le retour au travail des employés de l’usine Wonder à Saint-Ouen après trois semaines de grève. Une jeune femme, ouvrière de l’usine, reste... Lire la suite (Mai 2008)
  • "Moi qui ai servi le roi d’Angleterre"
    Jiri Menzel et l’écrivain Bohumil Hrabal n’en sont pas à leur première collaboration. Dans les années 60, pour Petites perles au fond de l’eau, un film tiré de plusieurs nouvelles de l’auteur, Menzel... Lire la suite (Mai 2008)
  • "Des temps et des vents"
    Une nouvelle génération de réalisateurs turcs est en train d’émerger. Parmi eux, Nuri Bilge Ceylan dont Uzak fut primé à Cannes et Fatih Akin, réalisateur allemand d’origine turque, dont le dernier film... Lire la suite (Mai 2008)
  • "Ciao Stefano"
    On attend toujours la sortie d’un nouveau film italien avec un vif intérêt et l’espoir qu’il va nous satisfaire complètement. Que celui-là va contribuer à remettre le pied à l’étrier à un cinéma qui nous... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Le grand Alibi"
    Les romans d’Agatha Christie ont beaucoup inspiré le cinéma. Les anglais et les allemands ont été les premiers à adapter des œuvres de la romancière prolifique. Ses Dix petits nègres ont à eux seuls fait... Lire la suite (Avril 2008)