Actualité théâtrale

Jusqu’au 31 décembre au Théâtre de l’œuvre

« La leçon de danse » Réduc’Snes

Senga est danseuse, mais a la jambe entièrement bloquée par une attelle à la suite d’un accident. Adémar est un professeur reconnu de biosciences, mais il est autiste Asperger. Il vient la voir en voisin pour lui demander de lui donner un cours de danse pour « pouvoir assurer le minimum » lors d’une soirée donnée en son honneur. Mais il est difficile de donner un cours de danse à quelqu’un qui ne supporte pas d’être touché ! Quant à Senga elle pourrait être opérée, mais est paralysée à l’idée qu’elle risque de ne plus pouvoir danser.

Théâtre : la leçon de danse

Gérald Sibleyras, un habitué des Molières ( Les 39 marches , Silence on tourne ) a adapté, dans un style vif et très drôle, la comédie romantique de Mark Saint Germain. Rien n’est simple dans la rencontre d’Adémar et Senga. La précision maniaque du premier, sa logique aussi implacable que surprenante, ses questions, ses remarques déstabilisantes au regard des codes sociaux, sa grâce de pingouin quand il esquisse des pas de danse, s’opposent à la grâce que conserve Senga, en dépit de son attelle. Pourtant tous deux vont s’apprivoiser et vaincre une partie de leurs peurs.

Andréa Bescond et Éric Métayer, qui ont souvent travaillé ensemble, entre autres pour Les chatouilles, qu’il avait mis en scène et qu’elle jouait, assurent la mise en scène et jouent cette leçon de danse . Éric Métayer sait être très drôle par ses reculs effarouchés dès que Senga s’approche, par ses remarques prosaïques mais le plus souvent complètement décalées, sans tomber dans la caricature. Andréa Bescond, qui était danseuse professionnelle avant de devenir actrice, trouve là l’occasion de jouer de ses deux talents. Elle fait évoluer son personnage de l’agacement et du refus devant cet homme au comportement étrange à l’acceptation de cet autre qui lui dit « je suis singulier, c’est tout » ! C’est à la fois drôle et touchant de les voir peu à peu s’apprivoiser, vaincre leur peur et s’aimer. Ils sont formidables.

Micheline Rousselet

Du jeudi au samedi à 19h, le samedi à 17h et le dimanche à 16h

Théâtre de l’Oeuvre

55 rue de Clichy, 75009 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 53 88 88

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Féministe pour homme »
    Noémie de Lattre n’a pas attendu l’affaire Weinstein et me-too pour parler des femmes et du féminisme dans ses pièces et dans son livre. Et sur ce sujet son spectacle, qui tient du théâtre, du cabaret... Lire la suite (6 décembre)
  • « Trois femmes (l’échappée) »
    Joëlle, tout juste diplômée « auxiliaire de vie », vient d’être embauchée comme gardienne de nuit par la fille de la vieille et très riche Madame Chevalier. Celle-ci en vieille dame acariâtre qui n’a... Lire la suite (3 décembre)
  • « Dark circus »
    Quel étrange cirque où l’acrobate tombe, où l’homme canon s’envole au-dessus de l’Afrique pour ne plus réapparaître, où le manche d’une guitare devient un dompteur que le lion s’empresse de dévorer et où le... Lire la suite (3 décembre)
  • « Féminines »
    Après Hors la loi, où elle s’attachait à l’histoire des femmes jugées pour avortement à Bobigny dont le procès avait ouvert la voie à la loi légalisant l’avortement, la jeune autrice et metteuse en scène... Lire la suite (2 décembre)
  • « Féminines »
    Après Hors la loi, où elle s’attachait à l’histoire des femmes jugées pour avortement à Bobigny dont le procès avait ouvert la voie à la loi légalisant l’avortement, la jeune autrice et metteuse en scène... Lire la suite (2 décembre)