Actualité théâtrale

Jusqu’au 31 décembre au Théâtre de l’œuvre

« La leçon de danse » Réduc’Snes

Senga est danseuse, mais a la jambe entièrement bloquée par une attelle à la suite d’un accident. Adémar est un professeur reconnu de biosciences, mais il est autiste Asperger. Il vient la voir en voisin pour lui demander de lui donner un cours de danse pour « pouvoir assurer le minimum » lors d’une soirée donnée en son honneur. Mais il est difficile de donner un cours de danse à quelqu’un qui ne supporte pas d’être touché ! Quant à Senga elle pourrait être opérée, mais est paralysée à l’idée qu’elle risque de ne plus pouvoir danser.

Théâtre : la leçon de danse

Gérald Sibleyras, un habitué des Molières ( Les 39 marches , Silence on tourne ) a adapté, dans un style vif et très drôle, la comédie romantique de Mark Saint Germain. Rien n’est simple dans la rencontre d’Adémar et Senga. La précision maniaque du premier, sa logique aussi implacable que surprenante, ses questions, ses remarques déstabilisantes au regard des codes sociaux, sa grâce de pingouin quand il esquisse des pas de danse, s’opposent à la grâce que conserve Senga, en dépit de son attelle. Pourtant tous deux vont s’apprivoiser et vaincre une partie de leurs peurs.

Andréa Bescond et Éric Métayer, qui ont souvent travaillé ensemble, entre autres pour Les chatouilles, qu’il avait mis en scène et qu’elle jouait, assurent la mise en scène et jouent cette leçon de danse . Éric Métayer sait être très drôle par ses reculs effarouchés dès que Senga s’approche, par ses remarques prosaïques mais le plus souvent complètement décalées, sans tomber dans la caricature. Andréa Bescond, qui était danseuse professionnelle avant de devenir actrice, trouve là l’occasion de jouer de ses deux talents. Elle fait évoluer son personnage de l’agacement et du refus devant cet homme au comportement étrange à l’acceptation de cet autre qui lui dit « je suis singulier, c’est tout » ! C’est à la fois drôle et touchant de les voir peu à peu s’apprivoiser, vaincre leur peur et s’aimer. Ils sont formidables.

Micheline Rousselet

Du jeudi au samedi à 19h, le samedi à 17h et le dimanche à 16h

Théâtre de l’Oeuvre

55 rue de Clichy, 75009 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 53 88 88

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)