Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Guillaume Massart (France)

« La liberté » Sortie en salles le 20 février 2019

 

Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie offerte aux détenus, avec le fonctionnement des prisons habituelles. Les arbres, le ciel et la mer remplacent ici les verrous, les barreaux et les miradors.

Pendant une année, Guillaume Massart s’y est rendu à la recherche de la parole des détenus.

Ce sont eux qui ont choisi la forme « conversée » qu’allait prendre «  La liberté  ».

Il s’agit d’une suite de longs entretiens dont la durée étirée permet à chacun d’aller le plus loin possible, à la recherche de vraies impressions, des vrais sentiments.

La question récurrente que pose le film et à laquelle répondent les détenus est : «  que se passe-t-il lorsque les murs de la prison sont invisibles ? »

Cinéma : La liberté

Est-ce parce que les protagonistes du film se sont désignés eux-mêmes, est-ce à cause d’une sélection spontanée des intervenants, mais il émane de chacune des séquences, un calme, une sérénité qui ne laissent à aucun moment deviner qu’on a à faire à des meurtriers ou malfaiteurs dont la faute commise a justifié une peine d’années de prison. Le cadre de cette prison singulière, la végétation abondante, la proximité de la mer auraient-ils une réelle incidence sur le comportement des personnes ?

Pour la plupart des détenus qui apparaissent dans le film, les conditions de détention dans cette prison ouverte sont préférables à celles, très carcérales, qu’on peut trouver dans une prison ordinaire. Ceux-là savourent la possibilité d’aller venir, d’admirer les espaces ou la proximité de la mer. Un seul d’entre eux avoue que cette liberté est illusoire et que le côté « carte postale » de l’environnement renforce le sentiment d’enfermement.

La place de la caméra de Guillaume Massart a été difficile à trouver car, dans un premier temps, face aux réticences de l’administration pénitentiaire et à celles des détenus qui n’étaient pas favorables à un tournage de film sur le sujet, le projet de film a été incertain. Guillaume avait décidé de filmer à distance des détenus et des lieux. Mais c’est alors que sa décision était prise que certains des protagonistes se sont approchés de la caméra et que contrairement à leur décision de garder le silence, ils allaient se mettre à parler et se montrer à visage découvert. Dès lors, le réalisateur a abandonné le trépied et filmé la caméra à l’épaule. Il a totalement assumé sa caméra volumineuse faisant le choix définitif de se montrer plutôt que de filmer en catimini, au risque de passer pour un épieur.

Y avait-il provocation à filmer une prison sans barreaux et ses occupants « en liberté », à commettre une entorse à rompre avec cent vingt années de cinéma et l’image sacro-sainte de la prison à l’écran, long couloirs, cour de promenades, activités surveillées ?

Le format de l’image 5/4 (presque carré) plus étroit que le 4/3 utilisé habituellement, permet de réduire les dimensions des vastes espaces, de rompre avec l’image de la carte postale du bord de mer et de limiter l’horizon de Casabianda à un arrière plan....

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)
  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)