Actualité théâtrale

Théâtre de Ménilmontant, Partenaire Réduc’Snes, les 20 et 27 novembre, 4, 11 et 18 décembre 2013.

"La loi de Tibi" Texte de Jean Verdun Mise en scène Jean-Michel Martial.

Tibi est maître de cérémonie pour enterrements dans un bidonville d’une ville africaine, dans un pays en guerre.

Pour officier dans les règles de l’art, il porte cape de parade et chapeau noir.

Les enterrements font partie du circuit proposés aux touristes friands d’une réalité fut-elle macabre, et quand ceux-ci sont satisfaits, qu’ils ont été émus aux larmes, ils se montrent généreux et font des offrandes aux miséreux.

Tibi est un homme simple comme l’ont été Archimède, Euclide ou Newton.

Sa théorie qu’il révèle aux touristes est : "En humanité tout finit par faire une pyramide. Plus vous augmentez la richesse au sommet, plus il faut élargir son assisse de misère absolue."

Mais un jour, Tibi est amené à enterrer un enfant tué par une balle perdue. Il découvrira qu’il s’agissait de l’enfant de Mara, la femme à laquelle il avait toujours été convenu qu’il unirait son destin…

Le personnage de Tibi, haut en couleurs, philosophe à ses heures, homme de bon sens, à la fois clown et d’une grande lucidité, est magnifiquement servi par le comédien-metteur en scène Jean-Michel Martial qui lui offre sa stature, sa bonhomie et son humour.

Tibi, c’est tout une histoire. Il a grandi en France, enseigné en banlieue difficile. A New-York, il a été cireur de chaussures. De retour en Afrique, il s’est fait une réputation auprès des agences de voyage et des touristes qu’il fait rire et pleurer.

Dans la première partie du spectacle où Jean-Michel Martial est seul sur le plateau, le texte de Jean Verdun fonctionne parfaitement, tout en digressions savoureuses.

La guerre, la misère et le bidonville sont autant de fatalités comme le sont les immeubles luxueux qui font face avec leurs jardins suspendus.

La guerre et la misère font de nombreux morts. Les journées de Tibi sont ainsi bien remplies. Celui-ci connaît son métier et les ficelles auxquelles il faut avoir recours pour jouer la comédie et laisser libre cours à ses talents de diseur.

Dommage que la seconde partie du spectacle plus étirée, laisse un peu de côté le propos politique et philosophique au profit du personnage de Mara que Tibi a connue fillette quand elle courait derrière les poulets et qu’il croyait morte et qu’il retrouve traumatisée par la guerre.

Pour vivre avec elle, il construira une cabane.

"Ta belle peau noire est ton smoking" dit Tibi à Mara. "Mara aime Tibi" rétorque Mara et dorénavant, la misère n’est plus absolue.

Il faut quelque fois aller chercher dans les théâtres de quartiers pour découvrir des pépites comme cette " Loi de Tibi ". Un voyage au Pérou et la visite d’un immense bidonville de Lima représentatif de la misère mondialisée l’ont inspirée à l’auteur Jean Verdun.

Après Avignon où le spectacle a été remarqué, il ne reste que peu de représentations à Paris.

Le théâtre de Ménilmontant est facilement accessible. Il se situe à deux pas de la station de métro Gambetta.

Il faut y courir.

Francis Dubois

Théâtre de Ménilmontant, 15 rue de Retrait 75 020 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 36 98 60

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)