Actualité théâtrale

Théâtre 13/Jardin jusqu’au 15 avril 2018

« La maladie de la famille M » Texte Fausto Paravidino, Mise en scène Simon Fraud.

L’histoire le famille M se passe en Italie, dans une petite bourgade sans charme, en bordure d’une route nationale. Les rares lieux de distraction du village gravitent autour de la station à essence, du bar des camionneurs, de la décharge où on peut trouver la pièce à changer de son automobile, le banc de l’arrêt de bus où vider sa cannette de bière.

La mission du docteur Cristofolini, médecin du village, consiste plus à écouter qu’à soigner efficacement les patients.

Dans « La maladie de la famille M  », il est le narrateur et livre au spectateur les anecdotes à propos des protagonistes de l’histoire.

Il y a le père, un vieil homme fatigué dont on pourrait penser qu’il est au bout du rouleau mais que le moindre événement réveille et ressuscite et Marta la fille célibataire qui se dévoue sans compter sa peine à chacun des membres de la famille. Et encore, Maria le cadette qui les préoccupations de son âge. Elle s’interroge à tel point sur son histoire d’amour avec Fulvio qu’elle n’hésite pas à répondre dans le même temps aux sollicitations de Fabrizzio, ami inséparable de Fulvio. Gianni le frère aîné est un dilettante qui cache autant que possible une âme sensible.

Théâtre : La maladie de la famille M

Curieuse pièce que cette « La maladie de la famille M  » qui commence comme la peinture sociale d’une famille prolétaire avant de bifurquer du côté de la comédie reposant sur un quiproquo et la confusion à propos de l’identité des deux amoureux de Maria.

Pendant un moment, la pièce se maintient dans cette tonalité burlesque avant de basculer à nouveau vers la comédie sociale et une issue dramatique adaptée à chaque personnage ; l’évasion pour certains, la ligne attendue pour d’autres et la routine dans l’enfermement pour d’autres encore.

La famille est vue ici comme une cellule politique, l’endroit où, à défaut de recul et de réflexion sur le monde, chacun des protagonistes apprend à négocier entre la place qu’on lui a attribuée et celle qu’il aimerait avoir.

Le texte de Fausto Paravidino a quarante ans et il est devenu une valeur sûre de la scène contemporaine italienne.

La mise en scène de Simon Fraud est sans surprise. Elle épouse les sinuosités de situations avec fluidité. Les ruptures de ton et les dialogues que les personnages lancent à un rythme de ping-pong sont souvent savoureux.

La scénographie est simple et efficace.

Il manque peut-être au spectacle les effets bénéfiques de quelques représentations de rodage pour livrer toutes les saveurs d’un texte qui, par certains côtés, pourrait faire penser aux comédies italiennes du cinéma des années soixante dix.

Francis Dubois

Théâtre 13/ Jardin 103 A boulevard Auguste Blanqui – 75 013 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 88 62 22

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)