Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Nabil Ben Yadir (France)

"La marche" Sortie en salles le 27 novembre 2013.

En 1983, à la suite d’une bavure policière dont est victime un jeune français d’origine maghrébine, à un moment où la France est en proie à l’intolérance et aux actes de violence raciale, trois adolescents, un prêtre ouvrier, un fromager à la retraite et un jeune oisif, résidents des Minguettes, entament une marche pacifique sur plus de mille kilomètres entre Marseille et Paris.

En dépit des difficultés et des résistances rencontrées, leur initiative va déboucher sur un véritable élan d’espoir, à la manière de Gandhi et Martin Luther King.

Ils réuniront, à leur arrivée à Paris le 3 décembre, devant la gare Montparnasse, plus de 100 000 sympathisants venus de tous horizons et les responsables seront reçus en audience par le Président Mitterrand.

Sur la banderole de départ, on peut lire "Marche pour l’égalité et contre le racisme".

Ils sont cinq, suivis par la camionnette de René à demi convaincu du bien-fondé de l’action. Seul, le prêtre Dubois et Mohamed (la victime de la bavure policière) entreprennent cette marche avec une vraie détermination. Claire est là en tant que journaliste. Sylvain est en stand-by. S’ajouteront bientôt à la marche, Keira (une authentique militante) et sa nièce Monia, une étudiante.

Aux moments d’enthousiasme succéderont des moments de découragement. Aux élans de solidarité, des dissensions, des querelles, des oppositions.

Le chemin sera semé d’embûches et le petit groupe de marcheurs rencontrera sur sa route autant d’encouragements que d’hostilité.

Le film de Nabil Ben Yadir s’inspire de faits réels. La marche entreprise par cette poignée d’hommes et de femmes s’est faite à l’initiative de Christian Delorme, un prêtre intervenant en milieu ouvrier, et plus particulièrement auprès de la population maghrébine, autour de la paroisse de Saint-Fons, commune limitrophe du quartier des Minguettes.

Celui-ci connaissait Toumi, le jeune homme atteint par une balle tirée par un policier, le 20 juin 1983, dont le bruit avait couru dans un premier temps qu’il avait succombé.

C’est à partir de cette bavure qu’a eu lieu cette initiative en référence à "La Marche du sel" conduite par Gandhi que beaucoup avait découverte dans le film de Richard Attenborough, sorti dans le même temps.

Le film est respectueux des événements dont il s’est inspiré. L’enchaînement des séquences est construit de telle sorte que l’intérêt narratif ne faiblit jamais.

Les comédiens prennent le relais de la mise en scène dans son efficacité. Olivier Gourmet (quoique plus âgé que Christian Delorme) est épatant. Sont très convaincants Lubna Azabal (Kheira) et Philippe Nahon (René, le fromager).

Chacun des jeunes comédiens prend à bras le corps sa partition pour amener le film à atteindre son objectif : une belle démonstration d’humanité qui garde le cap de l’émotion sans jamais tomber dans la sensiblerie.

Trente ans plus tard, où en sommes-nous ?

Avons-nous sur ce point, avancé ou fait machine arrière ?

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)