Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Naël Marandin (France)

"La marcheuse" Sortie en salles le 3 février 2016.

Lin Aiyu est une clandestine chinoise. Elle est hébergée avec Cerise, sa fille adolescente, dans le grand appartement d’un vieux monsieur grabataire dont elle s’occupe.
Le reste du temps, elle se prostitue en secret, dans les rues de Belleville.
La vie de Lin Aiyu et de Cerise bascule le jour où un inconnu, endetté et poursuivi par des malfrats, pénètre dans l’appartement et s’y installe brutalement.
En retour de son silence et du remboursement de ses dettes, Lin Aiyu propose à Daniel un mariage blanc qui lui permettrait de régulariser sa situation de clandestine.
Tantôt ravisseur, tantôt prisonnier, l’homme accepte le marché.

Naël Marandin connait bien la communauté chinoise de Belleville et la justesse avec laquelle il la présente est, avec un casting irréprochable, le grand atout de son film.
Lin Aiyu et ses amies forment une sorte de famille parallèle dans un esprit de bonne humeur et de solidarité.
Elles sont toutes logées à la même enseigne et ont à peu près toutes la même histoire. Elles ont quitté la Chine pour la France où elles se sont introduites clandestinement et à défaut de trouver un travail dans leurs cordes, elles se sont retrouvées prostituées et sont tombées dans le piège de l’argent facile.
De temps en temps, l’une d’elle tombe sur un client qui tombe amoureux et qui peut-être l’épousera. En attendant, elles vivent le plus joyeusement possible dans l’incertitude et le danger de tomber sur une rafle qui les renverrait à la case départ, dans un centre de rétention.

Cinéma : la marcheuse

La partie documentaire du film est la plus réussie mais il n’est pas gênant que vienne s’y greffer une fiction, même si elle n’est pas toujours totalement crédible.
L’intrusion dans l’appartement d’un homme traqué, le marché que Lin Aiyu engage avec lui, l’attirance fugitive qu’ils vont avoir l’un pour l’autre et les premiers émois amoureux de l’adolescente attirée par le fuyard sont les éléments prévisibles du récit que relève l’interprétation des trois comédiens principaux.
Yannick Choirat (comédien de théâtre sous-utilisé au cinéma) s’acquitte très honorablement de sa partition. Derrière le mauvais garçon qu’il a la charge d’interpréter se cache une fragilité touchante. Ses deux partenaires féminines lui donnent la réplique avec grâce.

Au final, un film très agréable à voir, qui distille une petite musique singulière et renseigne de façon efficace sur l’immigration chinoise à Paris.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Bagdad Station »
    . Bagdad 2006, le jour de l’exécution de Saddam Hussein. Sara pénètre dans la gare centrale de Bagdad déterminée à commettre un attentat suicide au milieu de la foule. Mais c’est sans compter avec sa... Lire la suite (19 février)
  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)