Actualité théâtrale

Jusqu’au 27 juin au Théâtre Les Déchargeurs

« La mastication des morts »

Un homme revient dans le village de son enfance, Moret-sur-Raguse, village imaginé par Patrick Kermann, l’auteur de ce beau texte. Il s’endort sur un banc près du cimetière et sa visite aux champs des morts peut commencer. Avec eux, c’est la vie d’un village, avec son bistrot, ses hommes et ses femmes, leurs amours et leurs détestations, leurs joies, leurs conflits et aussi leurs regrets, qui s’anime devant nous. Il y a celui qui ne se fait pas à sa nouvelle vie, celle qui dit « je ne suis pas morte, je repose c’est différent », celui qui ne pense qu’à se réveiller, celle qui dit « plus on est de morts plus on rit » et aussi, les enfants morts-nés et les hommes morts au champ d’honneur. Tout un monde de morts, de souvenirs et de secrets échappés du monde des vivants. Et pourtant, ce n’est pas triste, on est ému, on sourit, on rit même dans cette visite sous-terre. Réflexions un peu tristes – « le peu que j’ai vécu, je ne le regrette pas vu ce que j’ai entendu » dit un enfant mort-né - alternent avec des moments drôles, le curé qui dit « si c’était à refaire, je choisirais un autre boulot ».
Patrick Kermann parle en fait des souvenirs, des corps et des voix du passé et du présent. Dans la mise en scène d’Olivier Lacut, les noms des morts s’affichent en fond de scène et s’effacent peu à peu comme s’ils s’envolaient. Patrick Kermann manie avec beaucoup de délicatesse les changements de ton, passe de l’élégiaque au mélancolique puis à l’humour. Il a sous-titré son texte « Oratorio in progress ». Olivier Lacut, qui l’a mis en scène et l’interprète, a donc fait la part belle à la musique, à la chanson et à la gestuelle pour faire écho à la musicalité du texte. Il se déplace comme un danseur qui nous parle aussi avec ses gestes beaux et lents. Sa rigueur et son élégance magnifient ce beau texte.
Micheline Rousselet

Les Déchargeurs
3 rue des déchargeurs, 75001 Paris
Le lundi à 20h, jusqu’au 27 juin
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 70 56

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)