Actualité théâtrale

au Théâtre du Rond-Point jusqu’au 21 févier

"La mélancolie des dragons" Conception, texte et mise en scène Philippe Quesne

Sur la scène, une vieille Citroën visiblement en bout de course, et sa caravane dans un décor boisé et enneigé. Dans l’habitacle de la voiture, quatre personnages écoutent pendant un long moment des extraits musicaux d’AC/DC, Colleen, John Cage, C.Jérôme, Wagner, Scorpions, Elmer Bernstein ou Joseph Haydn. Le choix des extraits, résultat d’un zapping capricieux et reconduit, dure de longues minutes hilarantes et parfaitement maîtrisées.
Au bout d’un moment arrive, juchée sur son vélo, une femme, Isabelle, à qui tous, les passagers de la voiture et ceux qui sortent de la caravane, font la bise. Penchée sur le moteur, elle finit par identifier la panne mais quand elle appelle le garagiste, on apprend que le delco mettra sept jours à arriver.
Ils ont tous un look identique, les mêmes cheveux longs, fonctionnent en communauté et on apprend très vite que leur tournée propose un spectacle constitué de numéros basiques, sans grande originalité mais dont les protagonistes parlent comme d’une création des plus originales et inventives. Les attractions qu’ils proposent, fumigènes associés à des projections de bulles de savon, structures géantes gonflables n’impressionnent qu’eux-mêmes et Isabelle, spectatrice admirative et acquise à la démonstration même la plus foireuse.
Le spectacle est à l’image de ses protagonistes, babas-rockers, nonchalants-naïfs personnages marginaux lovés dans l’autosatisfaction candide et sans doute sincère. Mais Philippe Quesne mène son entreprise atypique avec beaucoup de finesse, une subtilité et un bel entêtement à rester dans une tonalité qui pourrait lasser. Tout au contraire, ces mêmes raisons qui pourraient rendre le spectacle languissant se retournent en sa faveur. Le public accepte le jeu mais c’est sans doute aussi parce qu’il se trouve face à un ovni, un spectacle inclassable qui ne cède à aucune compromission et qui provoque le rire sans jamais le forcer voire sans jamais le vouloir.
Il faut aller voir ce spectacle qui offre un dépaysement total et qui vient en contraste avec tout ce qu’on peut voir sur une scène de théâtre.
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2bis Avenue Franklin Roosevelt
75 008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21
www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)