Actualité théâtrale

au Théâtre du Rond-Point jusqu’au 21 févier

"La mélancolie des dragons" Conception, texte et mise en scène Philippe Quesne

Sur la scène, une vieille Citroën visiblement en bout de course, et sa caravane dans un décor boisé et enneigé. Dans l’habitacle de la voiture, quatre personnages écoutent pendant un long moment des extraits musicaux d’AC/DC, Colleen, John Cage, C.Jérôme, Wagner, Scorpions, Elmer Bernstein ou Joseph Haydn. Le choix des extraits, résultat d’un zapping capricieux et reconduit, dure de longues minutes hilarantes et parfaitement maîtrisées.
Au bout d’un moment arrive, juchée sur son vélo, une femme, Isabelle, à qui tous, les passagers de la voiture et ceux qui sortent de la caravane, font la bise. Penchée sur le moteur, elle finit par identifier la panne mais quand elle appelle le garagiste, on apprend que le delco mettra sept jours à arriver.
Ils ont tous un look identique, les mêmes cheveux longs, fonctionnent en communauté et on apprend très vite que leur tournée propose un spectacle constitué de numéros basiques, sans grande originalité mais dont les protagonistes parlent comme d’une création des plus originales et inventives. Les attractions qu’ils proposent, fumigènes associés à des projections de bulles de savon, structures géantes gonflables n’impressionnent qu’eux-mêmes et Isabelle, spectatrice admirative et acquise à la démonstration même la plus foireuse.
Le spectacle est à l’image de ses protagonistes, babas-rockers, nonchalants-naïfs personnages marginaux lovés dans l’autosatisfaction candide et sans doute sincère. Mais Philippe Quesne mène son entreprise atypique avec beaucoup de finesse, une subtilité et un bel entêtement à rester dans une tonalité qui pourrait lasser. Tout au contraire, ces mêmes raisons qui pourraient rendre le spectacle languissant se retournent en sa faveur. Le public accepte le jeu mais c’est sans doute aussi parce qu’il se trouve face à un ovni, un spectacle inclassable qui ne cède à aucune compromission et qui provoque le rire sans jamais le forcer voire sans jamais le vouloir.
Il faut aller voir ce spectacle qui offre un dépaysement total et qui vient en contraste avec tout ce qu’on peut voir sur une scène de théâtre.
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2bis Avenue Franklin Roosevelt
75 008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21
www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)