Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Un livre de Vincent Silveira

« La métamorphose d’un fasciste repenti » Les impliqués Editeur – février 2017

culture/livres Nous avons déjà présenté dans l’US-MAG où sur ce site, les précédents ouvrages de notre collègue Vincent Silveira, ancien professeur de mathématiques et militant syndical. Après trois romans historiques et un recueil de nouvelles
 [1], il propose un opuscule au cœur de l’actualité en cette période électorale et de résistible ascension à l’extrême droite dans notre pays, présenté comme un « conte philosophique ». Il imagine les états d’âme et la métamorphose d’un égaré dans l’idéologie fascisante qui se rendrait compte qu’il a été trompé, qu’il n’était qu’un ‘’pauvre ignare crédule et manipulé’’, en une succession de plusieurs petits contes aux noms aussi divers et colorés que « Le roi sans scrupules », « Le démagogue nu », « Le poète immolé », « Quand don Quichotte fait la manche » ou encore « Le lecteur dénicheur de merveilles »
Dans un parcours pour lecteur pressé (le texte peut se déguster en moins de 2h), il ne prétend pas à analyse sociologique comme d’autres ouvrages savants que nous présentons dans cette rubrique, mais il se présente tout de même comme un appel ‘’au combat, pacifique et déterminé contre la bêtise, la haine et les mauvais instincts’’ et à la réflexion nécessaire ‘’Quand le malheur est trop grand il arrive parfois que les peuples succombent à ces mauvais penchants et s’abandonnent, pieds et poings liés, aux pires démagogues, jetant aux orties les valeurs universelles si chèrement gagnées’’…
Un livre empreint d’humour et d’optimisme, qui, dans un style spécifique au conte, a aussi des dimensions pamphlétaires ‘’Dans cette République, depuis plusieurs saisons, les démagogues et les imposteurs pullulaient et prospéraient plus que de raison. Il faut dire que le gouvernement de la cité allait à vau l’eau, négligeant le bonheur du peuple, trahissant sans vergogne ses aspirations à la justice, la liberté et la solidarité’’… La poésie n’en est pas absente, parfois se déclarant comme telle dans cet extrait de l’épilogue :
’Ne croyez pas, bonnes gens, que c’est un mirage,
Que le fascisme n’est qu’un passage,
Une expérience à endurer, un mal de notre âge,
Qu’il est aisé de sortir de cette cage’’
.

Un ouvrage à découvrir qui apporte sa contribution ‘’pour que l’emportent les idées généreuses et solidaires sur l’obscurantisme et le rejet’’.
Philippe Laville

Notes

[1Quand le Tage s’arrêtait à Tolède, 2011 ; Sara, le médecin troubadour, 2012 ; Contes de la lune rousse, 2015 ; C’était le temps du Verbe, 2014 ; Par-delà le rejet et l’oubli /D’Evariste Galois à Maximilien Robespierre, 2016.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Deux polars, de Pologne et de Slovaquie
    Du côté de Varsovie Zygmun Miloszewski est salué, à juste raison à la lecture de « Te souviendras-tu de demain ? », comme un romancier qui compte. Il met en scène un couple de vieux amants mariés,... Lire la suite (25 août)
  • « A tombeau ouvert », Raul Argemi
    Raoul Argemi, aujourd’hui journaliste, romancier et homme de théâtre, fut, en 1975, un des acteurs de la lutte armée contre la dictature. Cette expérience sert de toile de fond à ce roman, « A tombeau... Lire la suite (23 août)
  • « Une année de cendres », Philippe Huet
    . Philippe Huet longtemps rédacteur en chef adjoint de Paris Normandie a voulu, dans « Une année de cendres », raconter l’histoire de deux truands qui ont tenu Le Havre de la fin de la seconde... Lire la suite (23 août)
  • « Stoneburner », William Gray
    William Gray (1941-2012) est considéré, aux Etats-Unis comme le maître du « Southern Gothic », un genre qui mélange allègrement le noir avec des ingrédients tenant du grotesque ou du surréel venant en... Lire la suite (22 août)
  • Spécial James Lee Burke.
    Dave Robicheaux, flic de Louisiane, est le personnage clé de l’œuvre de James Lee Burke, son double plus sans doute que ses autres personnages. Robicheaux c’est la Nouvelle-Orléans, sa corruption,... Lire la suite (1er août)