Actualité théâtrale

Théâtre de La Tempête jusqu’au 22 octobre 2017

« La mort de Tintagiles » Texte de Maurice Maeterlinck. Mise en scène Géraldine Martineau.

« La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique et métaphysique d’une grade puissance poétique, est une intime confrontation à la mort, une dernière veillée pleine de tendresse, de délicatesse.

Théâtre : la mort de Tintagiles

«  La mort de Tintagiles  » a, d’après son auteur, été écrit comme un petit drame pour marionnettes. Pourtant, ce n’est pas le parti qu’a pris Géraldine Martineau pour qui l’écoute et le partage entre les acteurs est au cœur même du projet.

Mais elle a cependant fait une concession à l’idée de Maeterlinck en travaillant avec ses acteurs sur la sensation d’un « corps-marionnette ».

Sa mise en scène est d’une grande sobriété. Son travail respecte scrupuleusement le texte et les comédiens s’expriment autant par le mouvement que par la parole.

La fatalité a décidé de la mort de Tintagiles et rien ne pourra s’opposer à cette fatalité. Le texte se penche sur les mystères de la mort et le mystère du sommeil.

Pour conserver au texte sa tonalité onirique, Géraldine Martineau a travaillé sur les lumières, sur les pénombres jusqu’aux absences de lumière. Elle a dépouillé de toute envolée le lyrisme du texte et de cette façon, ramené l’espace scénique à une dimension minimale.

La beauté du court spectacle qu’elle propose répond à l’exigence d’une démarche qui ne fait aucune concession au moindre débordement d’expression, à un esthétisme qui pouvait s’imposer. Les comédiens, par leur jeu, emboîtent le pas à un tel souci de rigueur qu’il peut se dégager du spectacle, au moment où on le quitte, un petit sentiment de frustration.

Le théâtre nous aurait-il habitué à des moments « de bravoure » systématiques de la part des acteurs, à des gesticulations qui ponctuent une composition qui se respecte, au point que lorsqu’une mise en scène fonctionne sur le retenue, sur le respect scrupuleux d’un texte, elle peut apparaître un peu pâlichonne ?

Francis Dubois

Théâtre La Tempête Cartoucherie de Vincennes, route du Champ-de-Manoeuvre .75 012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • "Sept secondes/ In god we trust" de Falk Richter
    Un pilote de l’armée américaine est suivi dans son quotidien, lequel consiste pour l’essentiel à larguer des bombes sur l’Irak. Il agit avec la concentration et l’application d’un enfant devant ses... Lire la suite (Mars 2008)
  • "Anagrammes pour Faust"
    Certains objets de notre quotidien aspirent comme certains humains à la vie éternelle. C’est le postulat de départ de la pièce. Ce souhait d’éternité nous renvoie à Faust qui, pour ce pouvoir, vendit son... Lire la suite (Mars 2008)
  • "Mère Courage et ses enfants"
    Brecht écrit Mère Courage en 1938, en pleine montée du nazisme. Alors que la menace de guerre plane sur l’Europe, il est contraint de s’exiler... Brecht choisit de situer l’action de Mère Courage... Lire la suite (Mars 2008)
  • Trois textes de Marie Ndiaye sur scène : "Rien d’humain", "Les Serpents", "Hilda"
    Trois metteurs en scène très différents pour servir trois textes de Marie Ndiaye qui traitent de sujets proches, l’autorité, la possession, le vampirisme. La langue de cet auteure singulière va sans... Lire la suite (Mars 2008)
  • "L’Ingénu" d’après Voltaire
    L’Ingénu dit avec franchise et sans retenue ce qu’il pense. Au cours d’un voyage à travers le monde, il s’arrête en Bretagne, l’endroit de ses origines. Il y rencontre l’amour, la religion et des... Lire la suite (Février 2008)