La réforme Robien de 2006

La nouvelle carte de l’éducation prioritaire

Suppl. à l’US n° 630 du 22.12.2005

Le SNES continue de dénoncer une « relance » qui n’en porte que le nom puisqu’elle consiste à rayer purement et simplement de la carte des Zep des centaines d’établissements.

Dans le droit fil de la loi Fillon d’Orientation de 2005, la réforme de 2006 a bouleversé la philosophie, les modalités et les objectifs de l’éducation prioritaire. Le Ministère a ainsi marqué son renoncement à une véritable politique territoriale de lutte contre les inégalités. Le SNES continue de dénoncer une « relance » qui n’en porte que le nom puisqu’elle consiste à rayer purement et simplement de la carte des Zep des centaines d’établissements. En outre, financée à moyens constants, elle a imposé des redéploiements qui ont abouti à réduire les moyens dans beaucoup d’autres.

Une carte à 3 niveaux

La circulaire du 30 mars 2006 indique que l’éducation prioritaire « distingue plusieurs niveaux », mais sans les précisions données en décembre 2005 par le ministre d’alors, qui distinguait 3 niveaux. L’ensemble des établissements de l’éducation prioritaire, qu’ils soient classés en Zep ou en Rep [lien vers article classements], devaient donc être répartis entre :

- Un niveau EP1 : Il correspond aux collèges « ambition réussite » et aux écoles de leur secteur (grande concentration de difficultés sociales et scolaires).
- Un niveau EP2 : Zone urbaine mais moins sensible, qui comporte plus de mixité sociale : les établissements continueraient de recevoir les moyens actuels.
- Un niveau EP3 : ZEP/REP qui avaient vocation à sortir en trois ans du dispositif de l’éducation prioritaire (les personnels actuellement en fonction conservaient les indemnités liées à l’éducation prioritaire tant qu’ils étaient en poste dans ces établissements et durant trois ans maximum).

A ce jour, seule la liste des EP1 a été définie, avec 249 « Réseaux Ambition Réussite » (RAR) à la rentrée 2006 auxquels se sont ajoutés quatre autres réseaux à la rentrée 2007. Pour les EP2 et EP3, la Ministère en a continuellement repoussé la publication, mais on peut néanmoins déjà remarquer que cette réforme se centre autour des collèges, qui constituent le pivot des réseaux, et fait l’impasse sur les lycées.

Liste 249 RAR 2006
Liste 253 RAR 2007

Ou une carte à deux niveaux ?

Rapport Zep - IGEN 2006

Depuis 2006, une conception bien plus restrictive des Zep semble s’être développée au Ministère, suite au rapport de l’inspection générale d’octobre de la même année qui opère une distinction entre des territoires dits prioritaires (correspondant aux actuels EP1) et les établissements à « publics prioritaires » qui doivent rentrer « dans le droit commun ».

La sortie d’établissements de l’éducation prioritaire est donc toujours à l’ordre du jour, mais concernerait l’ensemble des établissements EP2 et EP3 qui ne sont pas RAR puisque le retour au droit commun induit la suppression de tout classement. Les établissements concernés continueraient, aux dires du rapport, de recevoir des moyens supplémentaires permettant de répondre aux difficultés scolaires d’une partie de leurs élèves, mais en l’absence de toute reconnaissance de leur caractère prioritaire, ils n’auraient aucune garantie quant à leur pérennité.

Après la circulaire de rentrée 2007 qui reprend implicitement cette distinction, la circulaire de rentrée 2008 s’inscrit explicitement dans une distinction en deux niveaux de l’éducation prioritaire avec d’un côté les RAR, et de l’autre les Réseau de Réussite Scolaire (RRS), les premiers « pilotés nationalement en lien avec les académies », les seconds « pilotés académiquement en lien avec la politique nationale » comme le préconisait le rapport de l’IGEN. La vigilance est donc de mise, puisque la prochaine étape pourrait être le retour au « droit commun » des RRS. L’éducation prioritaire serait donc réduite aux seuls 253 RAR actuels ; plus de mille établissements seraient ainsi abandonnés.

En tout état de cause, les textes du Ministère ne font plus référence aux classements Zep et Rep, au profit des seuls RAR et RRS.

Autres articles de la rubrique La réforme Robien de 2006

  • Des critères très contestables
    Les critères qui ont présidé au classement en RAR n’avaient visiblement pas vocation à déterminer quels établissements sont confrontés à des difficultés scolaires et sociales importantes. Lors de la «... Lire la suite (Mai 2008)
  • La nouvelle organisation des réseaux
    La réforme opére une distinction entre les Réseaux Ambition Réussite (RAR) et les Réseaux de Réussite Scolaire (RRS), « fédérés autour d’un même projet ». Un réseau regroupe un collège pivot et l’ensemble... Lire la suite (Mai 2008)
  • Les nouveaux personnels de l’éducation prioritaire
    La mise en place des RAR à la rentrée 2006 s’est accompagnée de la création de nouveaux types de personnels recrutés localement, sur profil. Qu’il s’agisse d’enseignants ou d’assistants pédagogiques, ils... Lire la suite (Mai 2008)
  • Le lieu de toutes les dérives
    l’enjeu principal de la réforme de 2006 n’est pas de répondre aux besoins des élèves scolarisés dans les établissements Zep, mais d’expérimenter de nouveaux modes de gestion des personnels et de faire... Lire la suite (Mai 2008)
  • Rapport de l’IGEN - oct. 2006
    Rapport Zep IGEN 2006"La contribution de l’éducation prioritaire à l’égalité des chances des élèves", IGEN & IGAEN « Les autres établissements ou zones (EP2) dès lors, seraient gérés académiquement... Lire la suite (Octobre 2008)