Actualité théâtrale

au théâtre de l’Épée de Bois

"La nuit des rois" Jusqu’au 9 juin

Une femme déguisée en homme se met au service d’un prince qui le charge de défendre sa cause auprès de la comtesse qu’il aime. La comtesse tombe amoureuse du messager, lequel aime le prince ! Si on ajoute à cet imbroglio, des jumeaux, un prétendant éconduit, un oncle un peu ivrogne et facétieux, un clown, des serviteurs qui cherchent à se moquer et à punir de son dédain, le serviteur de la Comtesse, on a tous les ingrédients d’une comédie de Shakespeare, où le désir et l’amour jouent à cache-cache à la recherche du bonheur.

Le goût du travestissement, le jeu sur le double, l’accumulation de confusions, les quiproquos, si présents dans le théâtre de la Renaissance, sont portés à leur apogée dans cette comédie. Shakespeare y a abondamment joué de la confusion des genres, favorisée par le fait, qu’à son époque, les rôles de femme étaient tenus sur scène par des jeunes gens. Ici la confusion des genres augmente d’un cran puisque Serge Lipszyc a choisi de faire jouer la Comtesse Olivia par un homme très grand, au crâne rasé (Bruno Cadillon) et le duc Orsino par une femme (Valérie Durin). Viola est jouée par un homme (Sylvain Méallet) et son frère par une femme (Juliane Corre). La ressemblance de leur voix et de leur stature font que l’on se perd et que l’on ne sait plus qui est homme et qui est femme. Et lorsque la comédie s’achève, le second titre de la pièce What you will prend encore plus de sens. Un garçon, une fille, ce que vous voudrez, dit Shakespeare.

Crédit : Anne Rabaron

Dans un décor tout aussi chahuté que les sentiments dans la pièce, Serge Lipszyc nous fait passer du discours d’un fou à l’humeur mélancolique, qui chante la folie du monde, à la taverne où Toby et les serviteurs s’enivrent en préparant le piège qui ridiculisera Malvoglio, le serviteur de la Comtesse. Sa mise en scène, qui fait une place à la musique jouée sur scène, est en parfait accord avec l’esprit du théâtre élizabethain. Elle nous fait entrer dans un univers foutraque, où s’agitent des êtres poussés par leurs désirs et leur rêve de bonheur et nous rappelle qu’en chacun de nous se côtoient le féminin et le masculin. N’est-ce pas à l’ordre du jour en ce printemps ?

Micheline Rousselet

Du mardi au vendredi à 21h,samedi à 19h, dimanche à 16h
Théâtre de l’Épée de Bois
La Cartoucherie, Route du Champ-de-Manœuvre
75012 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 08 39 74

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)
  • « Mary said what she said »
    Robert Wilson a offert le trône de Marie Stuart à Isabelle Huppert, une comédienne avec laquelle il se sent beaucoup d’affinités car elle comprend ce qu’il veut faire sans avoir besoin de beaucoup... Lire la suite (15 juin)
  • « Huckleberry Finn »
    Ce roman est considéré comme le chef d’œuvre de Mark Twain. L’histoire, qui se situe dans les années 1850 avant la guerre de sécession, est celle de Huckleberry Finn , un gamin si maltraité par son père... Lire la suite (7 juin)
  • L’école des femmes en accès libre sur internet
    Le spectacle L’école des femmes crée à l’Odéon en novembre 2018 avec une mise en scène de Stéphane Braunschweig est disponible en accès libre sur le site internet du théâtre et sur la plateforme Vimeo... Lire la suite (7 juin)
  • « Le champ des possibles »
    Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel... Lire la suite (6 juin)