Actualité théâtrale

Au petit Louvre, jusqu’au 28 juillet

La nuit juste avant les forêts Avignon off

Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera édité par Jérôme Lindon que 11 ans plus tard et l’éditeur ne saura pas dans quelle catégorie le classer : théâtre, roman ?
C’est un long soliloque de presque une heure et demie. Celui qui ne se désigne que comme "l’étranger" s’adresse à un inconnu, le sollicite pour une chambre, mais surtout, en revenant sur des anecdotes de sa vie, lui déballe sa solitude, son mal-être et sa peur de tous ceux qui sont "passés de l’autre côté", du côté obscur de la force, dirait-on dans un autre contexte.

Et puis, il y a cette formidable idée de la metteuse en scène, Cecile Rist, qui consiste à placer l’acteur dans l’allée centrale, au niveau des 4ème ou 5ème rang et à le faire s’adresser au spectateur assis là (qu’il installera aussi quelque temps sur scène). Et encore, l’accompagnement musical nostalgique de Bastien d’Asnieres.
Enfin, et ce n’est pas le moins important, il y a la performance de l’acteur Guillaume Tobo, qui ne nous laisse aucun répit et accentue la force du texte.
On ressort de ce spectacle profondément impressionné.

Sylvie Chardon

Le petit Louvre, salle Van Gogh
Tous les soirs sauf le 24 à 22h
23 rue Saint-Agricol - Avignon
04 32 76 02 79

accueil

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)