Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Semih Kaplanoğlu (Turquie – France - Allemagne - Suède)

« La particule humaine » Sortie en salles le 10 octobre 2018.

Après la trilogie de Yussuf («  Oeuf  », « Lait  », « Miel » ), Semih Kaplanoğlu revient avec une dystopie sur fond de désastre climatique.

La ville appartient à Novus Vita, une multinationale spécialisée dans les modifications génétiques. Ne sont acceptés que les enfants génétiquement « sains », et des boucliers magnétiques interdisent d’entrer ou de sortir sans autorisation. Les populations exclues sont rejetées dans la région des Terres Mortes où le sol est empoisonné, et où menacent les pluies acides, les épidémies et la famine meurtrières.

Le professeur Erol Erin, ingénieur en génétique, spécialiste des semences, tente de comprendre pourquoi les récoltes deviennent catastrophiques. Tout ce que l’homme a créé en biologie synthétique meurt, y compris la dernière semence de blé. Un ancien chercheur Cemil AKman, auteur d’une thèse controversée sur la particule M, a été banni de la Ville et vit désormais dans une zone tampon entre la Nature délaissée et les Terres Mortes.

Selon cette théorie la particule M est l’élément premier de la création que ne peuvent recréer les scientifiques. Sans cette particule, les semences génétiquement modifiées ne peuvent pas s’adapter, s’inscrire dans la mémoire de l’univers et la vie les rejette. Aidé d’une scientifique (?) qui l’aidera à passer le mur, Erol Erin part à recherche de Cemil Akman.

On pourrait apparenter «  La particule humaine » à différents genres cinématographiques. Les grands espaces parcourus par les deux chercheurs (qui ont des airs d’aventuriers) font penser au western.

C’est aussi un récit intimiste avec des protagonistes de plain pied avec leur quotidien et c’est surtout une film d’anticipation proche avec un fantastique presque familier.

Cinéma : La particule humaine

Tourné en 35 mm dans un noir et blanc somptueux et dans des paysages d’Anatolie de toute beauté, le film n’est pas sans tisser des liens avec Stalker de Tarkovski (Semih Kaplanoğlu souhaitait tourner son film à Tchernobil, mais il n’a pas obtenu les autorisations nécessaires).

Arrivé à la fin de son périple, c’est peut être sa particule humaine qu’aura trouvé Erol Erin, joué par Jean Marc Barr grisonnant sous son bonnet noir.

Une œuvre superbe et envoûtante.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Ma folle semaine avec Tess »
    Sam, onze ans passe ses vacances d’été avec sa famille, sur une idyllique île néerlandaise. Il a pris la décision de s’isoler plusieurs heures par jour pour s’habituer à une solitude dont il compte... Lire la suite (15 septembre)
  • « Trois jours et une vie »
    En 1999, au moment des fêtes de fin d’année, à Olloy, une bourgade des Ardennes belges, un enfant disparaît mystérieusement. Les soupçons se portent tour à tour sur plusieurs villageois et l’atmosphère... Lire la suite (15 septembre)
  • « Édith en chemin vers son rêve »
    A 83 ans, Édith Moore (Edie) est une femme qui, regardant en arrière, a soudain le sentiment d’avoir raté sa vie. Quand, à la mort de son mari, infirme depuis des décennies et auquel elle était toute... Lire la suite (14 septembre)
  • « Nous le peuple »
    Un groupe de taulards de Fleury-Mérogis, un autre regroupant des femmes d’un collectif de Villeneuve-Saint-Georges, un groupe de lycéens de 1ére ES de Sarcelles ont en commun le projet un peu fou... Lire la suite (14 septembre)
  • « Tu mérites un amour »
    Lila est folle amoureuse de Rémi, un garçon séduisant mais volage dont elle a découvert récemment l’infidélité. Elle est déterminée à défendre son amour en perdition et à éliminer sa rivale du moment. Elle... Lire la suite (9 septembre)