Actualité théâtrale

Du 2 au 7 décembre à la Maison des Métallos à Paris, en tournée ensuite

« La petite soldate américaine » Conte sans fée mais avec moralité

Les photos prises par une soldate américaine dans la prison d’Abou Ghraib, en Irak, avaient stupéfait le monde. Des prisonniers, un collier de chien autour du cou, promenés en laisse, des hommes nus empilés les uns sur les autres, ces photos avaient circulé sur la toile. Comme tant d’autres en les regardant, le metteur en scène Michel Rabeux s’est interrogé : Qu’a dans la tête un homme qui fait cela à un autre homme ? Qui plus est quand c’est une femme, soldate d’un pays qui se proclame modèle de la démocratie, qui impose ces sévices à des hommes dans un pays musulman. Il a cherché à en parler tout en évitant une représentation pure et simple. C’est la forme du conte qui s’est imposée à lui parce qu’il y dans cette histoire ce qu’on trouve dans les contes, la cruauté, le mystère qui fait peur et parce que la soldate avait un visage d’enfant cruel.

Théâtre : "La petite soldate américaine"

Il en a donc fait une petite soldate qui aimait chanter. Un jour, elle a perdu sa voix et pour la retrouver, elle est partie à la guerre. Dans la chaleur torride du désert, elle l’a retrouvée en tuant. On lui a donné l’autorisation de photographier les prisonniers qu’elle gardait et de les envoyer à sa famille qui riait en les regardant. Dans la mise en scène tout est distancié. Il y a une chaise, des fils électriques, les empilements de vêtements destinés à assurer la sécurité des soldats deviennent de lourds parpaings qui pèsent sur le dos de la petite soldate. Puisque c’est un conte, il y a un homme qui va dire « Il était une fois » et nous raconter cette histoire. Eram Sobhani est ce conteur, il est aussi le prisonnier. Quand il la soulève sous les aisselles, la petite soldate devient un pantin. Comédienne et musicienne, Corinne Cicolari est la petite soldate. Elle chante, des chansons américaines rythmées, mais aussi des « chansons d’Arabie », quand elle rêve de ses prisonniers. Elle est bourreau mais aussi jouet d’une guerre à laquelle elle ne comprend rien et d’une hiérarchie qui l’a abandonnée. Quand sa voix résonne une dernière fois on ne la voit plus comme un monstre étranger à l’humanité. Quand elle chante « What a wonderful world » elle n’est plus le seul monstre de l’histoire.

Micheline Rousselet

Du 2 au 5 décembre à 20h, le 6 à 19h, le 7 à 16h.

La Maison des Métallos

94 rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 05 88 27

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)
  • « Mary said what she said »
    Robert Wilson a offert le trône de Marie Stuart à Isabelle Huppert, une comédienne avec laquelle il se sent beaucoup d’affinités car elle comprend ce qu’il veut faire sans avoir besoin de beaucoup... Lire la suite (15 juin)
  • « Huckleberry Finn »
    Ce roman est considéré comme le chef d’œuvre de Mark Twain. L’histoire, qui se situe dans les années 1850 avant la guerre de sécession, est celle de Huckleberry Finn , un gamin si maltraité par son père... Lire la suite (7 juin)
  • L’école des femmes en accès libre sur internet
    Le spectacle L’école des femmes crée à l’Odéon en novembre 2018 avec une mise en scène de Stéphane Braunschweig est disponible en accès libre sur le site internet du théâtre et sur la plateforme Vimeo... Lire la suite (7 juin)
  • « Le champ des possibles »
    Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel... Lire la suite (6 juin)