actualités

La philo dans les réformes Blanquer-Vidal une "ambition" à moyens constants, qui risque de coûter cher...

Vouloir raboter l’horaire de la philosophie en série littéraire n’est pas une nouveauté. On se souvient de tentatives avortées (réforme du lycée de 92-94) ou très vite suspendues (réforme du lycée de1999-2001). Mais personne n’avait encore osé la suppression pure et simple de la série L, en divisant par deux les 8 heures de philo qui en sont l’une des spécificités...

Certes, notre ministre affiche une "ambition" pour la philosophie, promue épreuve universelle du bac 2021 (mais n’est-elle pas déjà une épreuve commune à toutes les séries ?), qui à ce titre, bénéficierait d’un enseignement de 4h dans le tronc commun des séries générales. Mais les mauvais esprits feront remarquer que cette promotion ne changera rien pour plus de la moitié de nos élèves de terminale suivant actuellement un cours de philosophie. En effet, les séries technologiques (soit 30% des élèves) seront toujours sous le régime scandaleux de la réforme Chatel de 2012, qui les prive d’un horaire dédoublé obtenu de haute lutte en 1994... Quant aux élèves de la série ES (soit 24%), ils conserveront dans le tronc commun, l’horaire qui est déjà le leur (4h/semaine).

La subtilité de la réforme Blanquer, consiste à accorder aux professeurs de philosophie ce que demandent à juste titre les associations professionnelles depuis des lustres : un horaire plancher de 4h de philo par classe et pas plus de 4 classes par enseignant. Le hic, c’est que ces 4h risquent désormais d’être aussi un... plafond. En effet, il y a approximativement 3 terminales S pour une seule TL (respectivement 37.6 % et 11.5 % des élèves en LEGT). L’économie réalisée sur l’horaire de L (moins 4h) permettra donc de financer - à moyens constants - la 4e heure dans ces 3 classes de S (absorbant ainsi les 3/4 de l’horaire raboté) et dégagera un faible reliquat horaire pour la spécialisation "humanités-lettres-philo". Outre que la répartition horaire, dans ce bloc "littéraire" de 6h n’est pas précisée (1h de latin ? + 2 h de littérature ? + 3h de philo ? ou 1h ?+ 3h ? + 2h ?), le ministère aurait-il déjà prévu que cette option ne s’adresserait plus qu’à 1/4 des élèves actuellement en filière L (sauf à créer des postes aux concours externes au lieu d’en supprimer) ?

S’ensuivra une dégradation prévisible des conditions de travail des professeurs de philosophie, confrontés désormais pour les plus chanceux, à 4 classes de tronc commun de 35 élèves (soit 140 élèves), les autres ayant le privilège de continuer à enseigner dans les séries technologiques non dédoublées... Cerise sur le gâteau, les correcteurs du bac s’y colleront deux fois pour le prix d’une (épreuve locale de janvier + épreuve finale de juin).
Ajoutons que cette réforme à moyens constants se fait sur fond d’une baisse constante de moyens. Nous marchons sur un tapis roulant qui... recule. Depuis l’application à l’éducation des politiques d’austérité inaugurée par Claude Allègre en 97 (visant à "dégraisser le mammouth"), nous reculons ! Le nombre de professeurs de philo (comme des autres disciplines) n’a cessé de décrocher de l’évolution démographique des élèves depuis le tournant des années 2000. A taux d’encadrement égal depuis la rentrée de septembre 2000, il manque aujourd’hui 1 prof de philo sur 10 (sources, RERS 2001, 2002, 2017).

Enfin, les milieux les plus hostiles à la fonction publique se frottent déjà les mains, voyant dans ce lycée modulaire ouvert aux vents mauvais du contrôle continu, un cheval de Troie contre le statut de la fonction publique (annualisation du temps de travail, etc.), l’ouverture aux certifications privées et payantes en tous genres et la mise à mal d’un diplôme national indispensable aux conventions collectives (et au droit du travail)...

Mais les réformes Blanquer-Vidal font système, et c’est là que réside la principale offensive contre l’esprit des lumières qui anime l’enseignement de la philosophie. Il y va de la signification d’un enseignement comme du sens d’un mot dans une phrase (comme dirait l’autre). C’est l’ensemble des interactions latérales des parties avec le tout qui décide du sens de chacune d’elles. La signification de l’enseignement de la philosophie n’est donc ni immanente, ni transcendante, mais latérale. Aussi, dans un lycée transformé en plateforme de tri, où chaque heure de cours devient un investissement pour se valoriser dans la compétition de tous contre tous, le temps du loisir cède le pas à celui du négoce.

Une ambition qui risque donc de coûter très cher ! Aussi, le SNES-FSU appelle à des assises nationales de l’enseignement de la philosophie autour des 14-16 juin (nous y reviendrons).

Le groupe philo.

Liens utiles :
- nous contacter
- les analyses du SNES
- analyse de l’harmonisation européenne de l’université par l’économiste Geneviève AZAM (conférence que l’on pourrait rebaptiser du processus de Bologne au lycée Blanquer

- communiqué du collectif des profs de philo d’Ile-de-France

- les autres organisations (à venir) :

Autres articles de la rubrique actualités

  • Assises nationales de l’enseignement de la philosophie
    évaluer les effets des réformes (parcoursup, le baccalauréat, le lycée), nourrir la réflexion sur l’enseignement de la philosophie au lycée et à l’université, rassembler la profession pour se faire... Lire la suite (15 mai)
  • Demandez le programme !
    Cet article sera régulièrement remis à jour, à mesure que de nouvelles informations nous parviendront... I-Le calendrier : nouveaux programmes annoncés en décembre 2018. le CSP rend sa copie en... Lire la suite (20 avril)
  • 8%
    L’épreuve de tronc commun : La nouvelle épreuve universelle de philosophie (pour les séries générales) sera un écrit de 4h au mois de juin. Jusque là, rien ne change côté contenant... reste cependant à... Lire la suite (14 mars)
  • Rapport Mathiot : fausse bonne nouvelle pour la philo...
    Les professeurs de philosophie ont vivement réagi à l’annonce du rapport Mathiot, via la liste de diffusion réservée aux syndiqués. En voici une synthèse "à chaud" proposée par le groupe philo, synthèse... Lire la suite (28 janvier)
  • lettre au ministre
    Le SNES a jugé utile de profiter de l’anniversaire de la consigne ministérielle du 15 janvier 2015 pour adresser au ministre une lettre cosignée par les associations professionnelles et une partie du... Lire la suite (22 janvier)