Actualité théâtrale

à La Colline, jusqu’au 17 février

"La pierre" de Marius Von Mayenberg Mise en scène de Bernard Sobel

En 1993, trois femmes, la grand’mère, sa fille et sa petite fille, bénéficiant des lois de restitution des biens, réintègrent la maison qui avait été achetée en 1935 à des juifs avant leur fuite et qu’elles avaient elles-mêmes dû abandonner au moment de passer à l’Ouest après la partition de l’Allemagne.
Le plaisir de se retrouver dans leurs murs, de reprendre possession du jardin et de sa balançoire, symbole d’une sérénité retrouvée, pourrait être total s’il n’y avait les réminiscences cauchemardesques de la grand’mère, les fluctuations des souvenirs livrés à la mémoire partiale, le désir de la petite fille de partir en Amérique retrouver la famille juive dont son grand père aurait favorisé la fuite, les préoccupations de la mère quand il s’agit de la restitution précise d’un passé qui se dédouble et se trouble…

La pierre © Elizabeth Carecchio

C’est sans compter avec les fantômes qui hantent le jardin et la maison, qui s’invitent pour déranger la réinstallation des trois femmes.
Dans un carré de lumière au delà duquel on devine les autres personnages prêts à intervenir, que surplombe un dispositif des bâtons lumineux qui indiquent l’année où se situe l’action. et qu’occupe un mobilier sommaire et provisoire et un piano révélateur d’un pan de la vérité, se met en place une narration étrange, sans cesse compromise par des révélations caduques ou des apparitions aléatoires…
"La pierre" n’est pas une pièce historique mais une œuvre sur la mémoire qui sait si bien effacer, trier, recomposer et trahir. La construction en est à la fois resserrée et libre, oppressante et aérée, drôle et pathétique.
Bernard Sobel a réuni dans un décor magnifique de simplicité, superbement éclairé, une distribution de toute beauté, et pour poursuivre dans le contraste, à la fois heurtée et cohérente. Edith Scob gesticule avec une réjouissante précision face à Anne Alvaro silhouette austère et calme que côtoie une Claire Aveline toute en rigueur. Tous sont à citer sans oublier Gaëtan Vassard, le seul homme de la pièce à la remarquable présence.
Francis Dubois

La Colline-Théâtre national
15 rue Malte Brun Paris 20ème.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 62 52 52

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)
  • « Mary said what she said »
    Robert Wilson a offert le trône de Marie Stuart à Isabelle Huppert, une comédienne avec laquelle il se sent beaucoup d’affinités car elle comprend ce qu’il veut faire sans avoir besoin de beaucoup... Lire la suite (15 juin)
  • « Huckleberry Finn »
    Ce roman est considéré comme le chef d’œuvre de Mark Twain. L’histoire, qui se situe dans les années 1850 avant la guerre de sécession, est celle de Huckleberry Finn , un gamin si maltraité par son père... Lire la suite (7 juin)
  • L’école des femmes en accès libre sur internet
    Le spectacle L’école des femmes crée à l’Odéon en novembre 2018 avec une mise en scène de Stéphane Braunschweig est disponible en accès libre sur le site internet du théâtre et sur la plateforme Vimeo... Lire la suite (7 juin)
  • « Le champ des possibles »
    Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel... Lire la suite (6 juin)