Actualité théâtrale

à La Colline, jusqu’au 17 février

"La pierre" de Marius Von Mayenberg Mise en scène de Bernard Sobel

En 1993, trois femmes, la grand’mère, sa fille et sa petite fille, bénéficiant des lois de restitution des biens, réintègrent la maison qui avait été achetée en 1935 à des juifs avant leur fuite et qu’elles avaient elles-mêmes dû abandonner au moment de passer à l’Ouest après la partition de l’Allemagne.
Le plaisir de se retrouver dans leurs murs, de reprendre possession du jardin et de sa balançoire, symbole d’une sérénité retrouvée, pourrait être total s’il n’y avait les réminiscences cauchemardesques de la grand’mère, les fluctuations des souvenirs livrés à la mémoire partiale, le désir de la petite fille de partir en Amérique retrouver la famille juive dont son grand père aurait favorisé la fuite, les préoccupations de la mère quand il s’agit de la restitution précise d’un passé qui se dédouble et se trouble…

La pierre © Elizabeth Carecchio

C’est sans compter avec les fantômes qui hantent le jardin et la maison, qui s’invitent pour déranger la réinstallation des trois femmes.
Dans un carré de lumière au delà duquel on devine les autres personnages prêts à intervenir, que surplombe un dispositif des bâtons lumineux qui indiquent l’année où se situe l’action. et qu’occupe un mobilier sommaire et provisoire et un piano révélateur d’un pan de la vérité, se met en place une narration étrange, sans cesse compromise par des révélations caduques ou des apparitions aléatoires…
"La pierre" n’est pas une pièce historique mais une œuvre sur la mémoire qui sait si bien effacer, trier, recomposer et trahir. La construction en est à la fois resserrée et libre, oppressante et aérée, drôle et pathétique.
Bernard Sobel a réuni dans un décor magnifique de simplicité, superbement éclairé, une distribution de toute beauté, et pour poursuivre dans le contraste, à la fois heurtée et cohérente. Edith Scob gesticule avec une réjouissante précision face à Anne Alvaro silhouette austère et calme que côtoie une Claire Aveline toute en rigueur. Tous sont à citer sans oublier Gaëtan Vassard, le seul homme de la pièce à la remarquable présence.
Francis Dubois

La Colline-Théâtre national
15 rue Malte Brun Paris 20ème.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 62 52 52

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)
  • « Le laboureur de Bohême »
    Un laboureur, dont la femme vient de mourir en couches, convoque la Mort pour lui faire part de sa douleur et de sa colère et lui demander réparation. Il l’interpelle, il l’invective mais la Mort... Lire la suite (10 septembre)