Actualité théâtrale

Jusqu’au 8 novembre au Théâtre de l’Essaïon

« La prairie parfumée où s’ébattent les plaisirs »

Que faire avec un manuel de conseils érotiques écrits vers 1420 par un érudit né en Tunisie, pour son souverain, le vizir de Tunis ? Courez à l’Essaïon pour voir le petit bijou théâtral qui en résulte !
Théâtre la prairie parfumée
Une jeune femme habillée à l’ottomane, sarouel et long gilet, répand des pétales de rose sur fond de musique orientale et de parfum d’encens. Un homme arrive et commence une docte conférence où il prodigue au vizir des informations, des conseils, des recettes sur tout ce qui concerne « l’instrument », « l’huis » et « la conjonction », autrement dit les rapports sexuels. Cela va des conseils pour retrouver de la vigueur aux « manières de conjoindre », en passant par une énumération des comportements et des attitudes qui plaisent à l’homme … et à la femme. Car, n’en déplaise aux rigoristes d’aujourd’hui, la société orientale de l’époque s’intéressait au plaisir nécessaire à la santé et au bonheur, un plaisir qui devait s’accompagner de la satisfaction de la femme comme de l’homme. L’assistante du conférencier, avec la modestie indispensable pour une femme, mais un regard qui révèle beaucoup de perspicacité, accompagne son propos et parfois s’immisce avec humour dans la conférence. On se doute que le public trouve largement matière à rire dans les conseils prodigués, mais le duo sait aussi l’embarquer, enveloppé dans un grand drap rouge, dans un conte sensuel qui évoque les Mille et une Nuits. La fin, centrée sur les « manières de conjoindre » où l’homme les décrit avec sérieux, tandis que la femme sur un petit tapis, essaie de s’adapter, avec de plus en plus de difficultés, aux positions acrobatiques proposées, déchaîne un fou rire qui gagne de plus en plus de spectateurs.

C’est un spectacle très fin, jamais vulgaire où tous les sens sont sollicités par la musique, les parfums, la gourmandise avec un petit gâteau oriental, où l’on s’étonne de la modernité de ce texte marqué par un vrai respect de la femme reconnue comme un individu à part entière et où l’on rit beaucoup car, n’en déplaise aux rigoristes fanatiques, la chair n’est pas triste !

Micheline Rousselet

Les jeudis, vendredis et samedis à 21h30.

Théâtre de l’Essaïon

6 rue Pierre au Lard 75004 Paris

Réservations 01 42 78 46 42

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Veillée de famille »
    Deux frères et une sœur autour de la cinquantaine vont et viennent, discutent de tout et de rien pendant que de l’autre côté du couloir, leur vieille mère agonise. La conversation les conduit au bout... Lire la suite (21 mars)
  • « Le pays lointain »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens, comme dans Juste la fin du... Lire la suite (21 mars)
  • « Madame Pink » Comédie d’Alfredo Arias et René de Ceccatty
    Pour rompre avec la monotonie de sa vie conjugale, madame Pink, une grande bourgeoise excentrique, décide un jour d’adopter un caniche. Or, le petit chien Roxie ira bien au delà des espérances de sa... Lire la suite (20 mars)
  • « Qui a tué mon père »
    C’est à la demande de Stanislas Nordey, acteur et metteur en scène reconnu, que Édouard Louis a écrit ce texte. C’est à une réconciliation avec ce père honni dans En finir avec Eddie Bellegueule que... Lire la suite (20 mars)
  • « Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »
    Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des... Lire la suite (19 mars)