Éditos

La précarité tue

S’immoler par le feu est un geste politique, n’en déplaise aux émissaires du gouvernement. Ils ont beau avoir bien appris leur leçon et répété en boucle leurs éléments de langage, ils n’ont aucune crédibilité. Le geste désespéré, un de plus, du jeune étudiant lyonnais a fait surgir au grand jour une réalité terrible, celle de la pauvreté croissante de toute une partie de la population. Qu’il s’agisse de poursuivre des études ou de trouver un emploi, la jeunesse est en première ligne. Elle exprime sa révolte face à une société minée par les inégalités et menacée par les problèmes environnementaux.
Et quelles perspectives lui offre le gouvernement ? Le message est clair puisqu’une partie des crédits de l’enseignement supérieur, déjà bien insuffisants, viennent d’être amputés pour financer les start-up...
Tout pour les premiers de cordée. Pour les étudiants des classes populaires, révoltés par leur condition, la police !

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Frapper fort...
    Problème de pédagogie : le gouvernement s’échine à expliquer que c’est une question de méthode, fait circuler divers scénarios ; las, l’opinion publique ne s’y trompe pas et a bien compris que ce projet... Lire la suite (23 novembre)
  • Laïcité
    Une fois de plus le Rassemblement national a montré son vrai visage. En humiliant une mère voilée, accompagnant une sortie scolaire au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, l’élu, responsable... Lire la suite (26 octobre)
  • Plus jamais ça !
    Le suicide de notre collègue Christine Renon, directrice d’école, a provoqué une vive émotion chez tous les personnels de l’Éducation et déclenché de nombreuses réactions. L’opinion découvre que la... Lire la suite (5 octobre)
  • Virages à droite dangereux
    On connaissait Emmanuel Macron candidat, théorisant la fin du clivage droite/gauche, pour mieux privilégier le monde de l’argent face à celui de la justice sociale, mais là, le doute n’est plus... Lire la suite (21 septembre)
  • Reprendre la main
    L’été est la période du mercato, même dans l’Éducation nationale. Dans les académies, la nomination de sept nouveaux recteurs en plein cœur de l’été sonne comme une reprise en main dans la perspective... Lire la suite (26 août)