Actualité théâtrale

Jusqu’au 27 novembre au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers

 "La promesse de l’aube"  Partenaire Réduc’snes

Romain Gary est un conteur hors pair, capable de nous faire passer sans transition du rire à l’émotion. Dans La promesse de l’aube , installé sur la plage de Big Sur, il raconte son enfance en Pologne, puis à Nice, ses études à l’École Militaire pour être aviateur et ses aventures de guerre en France, en Angleterre et en Afrique. La promesse de l’aube, ce sont les promesses que lui a faites sa mère, profondément et exclusivement attachée à lui, et c’est celle qu’il a faite à sa mère de réaliser ses rêves, de devenir un héros merveilleux, l’équivalent de Guynemer et Tolstoï réunis. Dans ces promesses, il y a aussi la France de sa mère, « une sorte de mythe poétique ». Il y a surtout le portrait de cette mère idéaliste, fantasque, inventive, ambitieuse pour son fils - tu seras ambassadeur de France, lui promet-elle - et son soutien sans faille. À ce fils qui lui annonce qu’il a eu un zéro en math, elle dit « ils ne te comprennent pas » et il enchaîne « je suis assez de son avis » !

Dans sa mise en scène, Bruno Abraham-Kremer utilise un dispositif scénique simple. Le décor est constitué de caisses grises, qui deviennent estrades ou portes et les éclairages peuvent y dessiner les vagues de Big Sur ou d’autres espaces imaginaires. Équipé d’ une canne, l’acteur évoque la mère ou Gary vieillissant. Sur scène il est seul face à la mer. Ceux qui connaissent la vie de Romain Gary savent que c’est là qu’elle s’achèvera. Mais il n’y a nulle nostalgie dans le propos, seulement cet immense amour d’un fils pour une mère hors norme et l’humour qu’il a acquis à son contact. Bruno Abraham-Kremer nous entraîne dans les souvenirs de Romain Gary. Il est Romain Gary tel qu’on s’en souvient ou tel qu’on l’imagine. On rit souvent, on est ému, on s’émerveille de la personnalité de cette mère que son amour conduit à des inventions drôles mais aussi d’une délicatesse infinie qui nous émeuvent aux larmes.

Micheline Rousselet

 Mardi et jeudi à 19h30, mercredi, vendredi et samedi à 20h30, dimanche à 16h.

Théâtre de la Commune

2 rue Edouard Poisson, 93304 Aubervilliers

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 33 16 16

 En tournée ensuite : le 30 novembre au théâtre Roger Barat à Herblay, le 1er décembre au théâtre André Malraux de Rueil-Malmaison, les 8 et 9 décembre au théâtre d’Angoulême, les 13 et 14 décembre à la Maison des Arts de Thonon, le 5 janvier au théâtre de Narbonne, les 7 et 8 janvier au théâtre de Grasse et à partir du 12 janvier 2012 pour 100 représentations au Théâtre du Petit Saint Martin à Paris.

 

 

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Dépendances »
    Deux frères, Henri et Tobias se retrouvent dans un appartement vide et un peu délabré qui fut celui de leur famille. Ils attendent leur frère Carl, qui comme d’habitude est en retard, pour décider de... Lire la suite (18 janvier)
  • « Un conte de Noël »
    La metteuse en scène Julie Deliquet a fait des études de cinéma et s’est toujours intéressée au rapport entre théâtre et cinéma, comme elle l’avait si bien montré avec Fanny et Alexandre créé l’an passé... Lire la suite (17 janvier)
  • « La lune en plein jour »
    La comédienne, autrice et metteuse en scène Marisa Tomé se penche sur son histoire, une histoire marquée par l’exil, celui de son arrière grand-mère juive polonaise ayant fui la Pologne pour un pays... Lire la suite (16 janvier)
  • « Rosa Luxemburg Kabarett »
    Pourquoi faire un portrait de la révolutionnaire mythique sauvagement assassinée en janvier 1919 par ces Corps Francs qui annonçaient les S.A et le nazisme à venir ? Parce que ses discours et ses... Lire la suite (14 janvier)
  • « Du ciel tombaient des animaux »
    Quatre dames d’un certain âge sont assises prenant le thé dans un jardin. Aux trois amies s’est jointe une femme, Mrs Jarrett, qui passait dans la rue et qu’elles ont invitée à les rejoindre. Elles... Lire la suite (13 janvier)