Actualité théâtrale

Théâtre de la Huchette, à partir du 3 octobre 2017

« La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis Mise en scène Christophe Bourseiller.

« La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays.

Jeune, elle rêvait de faire des études mais son père qui considérait que le rôle d’une femme honnête était de fonder une famille et de prendre soin de ses parents, l’en a empêchée.

Son mariage avec un policier athénien aurait pu la sauver d’un tracé de vie terne et frustrant mais la voilà au contraire, soumise, seule et femme battue.

Le monologue qu’elle adresse au public sur le petit plateau du théâtre de La Huchette laisse de côté l’amertume de son existence chaotique pour adopter une parole énergique, à la fois poétique et pleine d’humour.

Dans certains cas, et ce fut le cas d’Erato, être femme, exister autrement que comme ménagère, cuisinière ou mère relève d’un combat quotidien.

Théâtre : La putain du dessus

Le spectacle tourne autour d’Erato, femme sans qualités, vêtue de noir à la façon des veuves hellènes. Mais il n’est plus question pour elle de ressasser le passé, de se lamenter sur sa passivité de femme soumise mais de passer à l’acte quitte à le faire un revolver à la main.

L’heure des comptes est venue, de la révolution, de la libération...

La voilà déterminée, qui envisage le pire avec froideur et résolution et qui soudain, fait preuve du sang-froid dangereux des désespérés.

« La putain du dessus  », c’est l’histoire de la Grèce, l’histoire de la crise grecque. C’est l’histoire qui a dépassé les limites du constat, mais qui explose en direct...

Le force du texte d’Antonis Tsiplanitis est dans la vivacité du verbe et dans l’humour qui éloigne tout risque de misérabilisme.

La force est surtout dans la façon qu’a Emilie Chevrion de « confirmer »les nuances de tonalité du texte, de le faire éclater.

Sans jamais forcer le trait mais avec un sens aigu de la mobilité du geste, du regard, du déplacement, elle fait d’Erato une héroïne résolument moderne tout en étant pas très loin d’être du domaine de la tragédie...

Un beau moment de théâtre dans cet écrin chaleureux qu’est le mythique Théâtre de la Huchette...

Francis Dubois

Théâtre de la Huchette

23 rue de la Huchette 75005 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 26 38 99

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)