Actualité théâtrale

Théâtre de la Huchette, à partir du 3 octobre 2017

« La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis Mise en scène Christophe Bourseiller.

« La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays.

Jeune, elle rêvait de faire des études mais son père qui considérait que le rôle d’une femme honnête était de fonder une famille et de prendre soin de ses parents, l’en a empêchée.

Son mariage avec un policier athénien aurait pu la sauver d’un tracé de vie terne et frustrant mais la voilà au contraire, soumise, seule et femme battue.

Le monologue qu’elle adresse au public sur le petit plateau du théâtre de La Huchette laisse de côté l’amertume de son existence chaotique pour adopter une parole énergique, à la fois poétique et pleine d’humour.

Dans certains cas, et ce fut le cas d’Erato, être femme, exister autrement que comme ménagère, cuisinière ou mère relève d’un combat quotidien.

Théâtre : La putain du dessus

Le spectacle tourne autour d’Erato, femme sans qualités, vêtue de noir à la façon des veuves hellènes. Mais il n’est plus question pour elle de ressasser le passé, de se lamenter sur sa passivité de femme soumise mais de passer à l’acte quitte à le faire un revolver à la main.

L’heure des comptes est venue, de la révolution, de la libération...

La voilà déterminée, qui envisage le pire avec froideur et résolution et qui soudain, fait preuve du sang-froid dangereux des désespérés.

« La putain du dessus  », c’est l’histoire de la Grèce, l’histoire de la crise grecque. C’est l’histoire qui a dépassé les limites du constat, mais qui explose en direct...

Le force du texte d’Antonis Tsiplanitis est dans la vivacité du verbe et dans l’humour qui éloigne tout risque de misérabilisme.

La force est surtout dans la façon qu’a Emilie Chevrion de « confirmer »les nuances de tonalité du texte, de le faire éclater.

Sans jamais forcer le trait mais avec un sens aigu de la mobilité du geste, du regard, du déplacement, elle fait d’Erato une héroïne résolument moderne tout en étant pas très loin d’être du domaine de la tragédie...

Un beau moment de théâtre dans cet écrin chaleureux qu’est le mythique Théâtre de la Huchette...

Francis Dubois

Théâtre de la Huchette

23 rue de la Huchette 75005 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 26 38 99

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Inflammation du verbe vivre »
    Alors que Wajdi Mouawad, le directeur de La Colline, avait souhaité se lancer dans une entreprise fleuve, mettre en scène les sept pièces de Sophocle qui nous sont parvenues, le poète auquel il... Lire la suite (14 novembre)
  • « Il y aura la jeunesse d’aimer »
    Le couple que formèrent Louis Aragon et Elsa Triolet, unis par l’amour et l’engagement politique, est devenu emblématique. Didier Bezace s’est associé à Bernard Vasseur, directeur du Moulin de... Lire la suite (11 novembre)
  • « Dans la luge d’Arthur Schopenhauer »
    Yasmina Reza résume son texte en disant qu’il s’agit « de quatre brefs passages en revue de l’existence par des voix différentes et paradoxales, ou encore d’une variation sur la solitude humaine et des... Lire la suite (9 novembre)
  • « Après la répétition »
    On sait la puissance des liens qui unissent souvent un metteur en scène et ses comédiennes. En cherchant comment jouer la séduction, la naissance de l’amour, la passion, la lassitude qui s’installe,... Lire la suite (2 novembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (1er novembre)