Actualité théâtrale

Jusqu’au 16 octobre au Lucernaire

« La reine de beauté de Leenane »

Dans un petit village paumé du Connemara, noyé par la pluie et battu par le vent, dans une maison isolée en haut d’une côte difficile, Mag une vieille femme tyrannique et acariâtre pourrit la vie de sa fille Maureen, toujours vierge à quarante ans. Maureen, encore belle, rêve d’un homme qui l’emportera loin de cette mère assise dans sa chaise roulante exigeant à longueur de journée thé, porridge ou biscuits et bien décidée à garder sa fille auprès d’elle jusqu’à sa mort. Toutes deux se livrent une guerre sans merci jusqu’au jour où passe Pat Dooley offrant à Maureen le rêve d’une autre vie, peut-être en Amérique. Mag mettra tout en œuvre pour l’empêcher de partir.

Théâtre : La reine de beauté de Leenane

La pièce, une comédie noire, haletante, grinçante et vénéneuse est l’œuvre du dramaturge anglo-irlandais Martin Mc Donagh et lui a valu son premier succès mondial ainsi que de nombreux prix. Il a aussi écrit et réalisé le film Bons baisers de Bruges .

Dans la cuisine où tout est moche et vieux et où, lorsque la porte s’ouvre, on entend le vent et la pluie, la mère et la fille s’insultent, se jettent les biscuits à la figure, s’acharnent à se dire les choses les plus blessantes. La chaise roulante de la mère, dont elle peut en fait se lever quand elle oublie de jouer de son handicap, trône devant une télévision invisible dont on entend seulement le son. Les sentiments crus explosent dans une langue populaire qui frappe par sa justesse. Les rêves d’une autre vie, ailleurs, seront fracassés sans pitié.

La pièce est surtout une merveille d’interprétation. Catherine Salviat campe une Mag impressionnante. En robe de chambre à carreaux et pantoufles ridicules, elle est une vieillarde tyrannique et vociférante, une calculatrice égoïste et méchante. Sophie Parel, qui signe aussi la mise en scène, incarne une Maureen à deux visages, inquiétante dans sa haine, fragile et touchante dans son désir d’amour. Gregori Baquet est Pat Dooley le bon garçon aux beaux yeux bleus qui fait rêver Maureen mais se trouve pris dans la guerre de ces deux femmes. Arnaud Dupont, en frère de Pat, se glisse avec talent dans son personnage de beauf crétin par qui le malheur arrive.

C’est grinçant, comique et tragique à la fois. Cela frappe fort. Courez-y.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 15h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)