Actualité théâtrale

au Théâtre de Poche Montparnasse, du 26 janvier au 31 mars

"La ronde" d’Arthur Schnitzler Mise en scène Marion Bierry

En février 1897, dans son journal, Arthur Schnitzler notait : "terminé, la Ronde d’Amour" et on pouvait lire à peu près dans cette même période dans sa correspondance : "de tout l’hiver, je n’ai écrit qu’une suite de scènes parfaitement impubliable et sans grande portée littéraire, mais qui, si on l’exhume dans quelques centaines d’années, jettera sans doute un jour singulier sur certains aspects de notre civilisation".
Dans une ville de garnison, alors qu’un conflit mondial menace, un militaire rencontre une fille qui, le temps d’une étreinte, croira au grand amour. Un grand amour bien vite oublié quand son chemin croise celui plus prometteur d’un jeune bourgeois en apparence candide, lui-même l’amant d’une femme mariée. Elle-même la maîtresse de…

La ronde de l’amour est une danse sans fin et le désir, quel que soit le contexte, impose sa loi. Mais, si les apparences sont en faveur du plaisir et de la frivolité, une sorte de gravité pèse sur ces rencontres éphémères qui sont reliées aux règles d’un monde soumis à ses échéances.
Marion Bierry, pour nous proposer sa vision d’un texte qui, dans les mémoires, reste attaché à la mise en scène de Max Ophuls, à choisi de jouer sur les deux tableaux, de mêler drôlerie et gravité jusque dans les recoins de l’âme des personnages qui pour être stéréotypés n’en restent pas moins réels et touchants. La mise en scène est alerte, parfois jusqu’à l’espiègle mais c’est pour mieux confirmer la gravité qui veille en toile de fond. Une fois de plus, le Théâtre de Poche Montparnasse propose un spectacle de qualité, à la fois drôle -on est dans le vaudeville-, exigeant par la rigueur l’efficacité de l’adaptation et savoureux par sa force inventive.
Francis Dubois

Théâtre de Poche Montparnasse
75 bd du Montparnasse,
Paris 75006
Lieu non encore partenaire Réduc’Snes. Se recommander néanmoins de cet article et du Snes en réservant au 01 45 48 92 97.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)