Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

un film de Pablo Fendrik (Argentine)

"La sangre brota" Sortie en salles le 29 avril

Arturo, un chauffeur de taxi de soixante ans, doit réunir deux mille dollars dans les vingt quatre heures s’il veut tirer d’un mauvais pas son fils aîné, parti quatre années plus tôt, par sa faute, s’installer à Houston.
Sa femme, Irène, craint que pour cela et pour racheter son attitude passée, il n’aille puiser dans les économies du couple.
Le même jour, Léandro, leur fils cadet projette de voler le maigre magot de ses parents pour se procurer la drogue qu’il revendra sur la côte afin d’acheter le billet d’avion qui lui permettra d’aller rejoindre son frère…
"El Asaltante", le premier film de Pablo Fendrik était une œuvre personnelle, et prometteuse, dont l’action énigmatique et passionnante suivait, le temps d’une matinée, les déambulations d’un homme entre deux hold-up mineurs. Avec "La sangre brota" le temps de l’action est limité à une journée au cours de laquelle les itinéraires de plusieurs individus inquiets et inquiétants, se recoupent.
Trois présences marquent plus spécialement un récit tour à tour syncopé et fluide. Celle d’Arturo, le père, visage impassible, silencieux et déterminé. Celle de Léandro, garçon impatient, pressé de vivre auquel est associée celle, étrange, à la fois angélique et vénéneuse, d’une toute jeune fille à la dérive. SNES_LaSangreBrota
Pablo Fendrik filme dans la lumière blanche ou dans des éclairages contrastés le chassé croisé de personnages en état de survie et de dépendance. Moments chargés de violence, animés pour chacun d’un désir urgent de délivrance ou de jouissance. Dépendance à la drogue mais aussi à l’argent, à l’évasion, à l’image mythique d’un ailleurs mythifié.
Les liens qui unissent les protagonistes tiennent à la fois du rejet et de l’attirance. La cellule familiale est présentée ici comme un bain de macération nocive, propre dans des circonstances de rupture, à transformer ses membres en prédateurs et à engendrer dans l’impatience d’un meilleur, des réactions de survie primaires.
Les forces qui animent ici les personnages sont incontrôlables, parfois barbares et le talent de Pablo Fendrik réside dans sa façon de dépasser une réalité palpable et douloureuse pour conduire le récit et ses personnages dans une dimension plus protégée, aux limites du fantastique.
"La sangre brota" est un beau film dont le récit fiévreux et tendu confirme le talent d’un jeune réalisateur qui vient grossir les rangs de ceux qui composent le nouveau cinéma argentin.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Sergio et Sergei »
    1991. La guerre froide est terminée et l’URSS s’écroule. Sergei, un cosmonaute russe est resté coincé dans l’espace, oublié par les soviétiques qui ont d’autres chats à fouetter. A Cuba, grâce à une... Lire la suite (25 mars)
  • « Companeros »
    En 1973, l’Uruguay bascule dans la dictature. Des opposants politiques sont secrètement emprisonnés par le nouveau pouvoir militaire. Le film de Alvaro Brechner s’attache aux terribles conditions... Lire la suite (24 mars)
  • « C’est ça l’amour »
    Depuis que sa femme a quitté le domicile, Mario assure le quotidien domestique et s’occupe seul de ses deux filles, Fida, quatorze ans, qui lui reproche le départ de sa mère et Niki, dix-sept ans, en... Lire la suite (23 mars)
  • « Still Recording »
    En 2011, Saeed a vingt ans. Étudiant ingénieur, il quitte Damas pour Douma et pour participer à la révolution syrienne. Quelque temps plus tard, il est rejoint par son ami Milad, étudiant aux... Lire la suite (23 mars)
  • « Sunset »
    1913, Irisz Leiter revient à Budapest après avoir passé son enfance dans un orphelinat. Son retour a Budapest est motivé par le désir de travailler dans le magasin de chapeaux dont autrefois, ses... Lire la suite (19 mars)