Actualité théâtrale

A la Maison de la Poésie, jusqu’au 4 avril

"La tête de l’homme" de Florence Pazzottu. Mise en scène de François Rodinson

Au départ il y a le choc d’une agression nocturne à Marseille, dans la quartier du Panier. La douleur des coups, une ombre qui fuit…
La ville et le traumatisme renvoient aux paysages d’enfance. La femme qui arpente les nuits du passé, y met pêle-mêle le souvenir et le rêve. Elle y ajoute tous ceux qu’elle y croise ou qu’elle y a croisés.
La poésie restitue l’intime, le dehors, le dedans, l’éternel questionnement à propos du lien, de la séparation, de l’origine du monde, de soi.
Le texte est écrit en vers de treize pieds, un alexandrin + un, et la musique du récit se trouve
suspendue à chaque fois, prise dans un déséquilibre, une sorte de déhanchement, de risque de chuter… et l’émotion est renouvelée dans la fragilité même.

© Béatrice Logeais & Maison de la Poésie

C’est à Marion Bottollier que revient la charge de ce texte toujours dans le risque, dans la sérénité, où les éclats du réel qui surviennent laissent au milieu de leur fulgurance, place à un espace qui semble naître et se dissoudre dans le même instant.
Longue silhouette brune et claire, elle habite le tempo du texte d’une lueur dans l’œil, d’une légère inclinaison du corps qui débouche tout à coup sur autre chose, qui se fond dans le vers suivant, qui n’a peut-être jamais été dit.
La voix est familière ou lointaine et le texte se fond avec les lumières, dans des déplacements furtifs ou brusques. Une lumière dont les fluctuations imperceptibles laisse plus tard le souvenir d’un éphémère persistant.
Un spectacle plastiquement parfait. La fragilité et la force d’une magnifique présence sur scène au service d’un texte rare.
- 
La Maison de la Poésie
Passage Molière 157 rue Saint-Martin
75 003 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 54 53 00 / www.maisondelapoesieparis.com

Rencontre avec Alain Badiou, Bernard Noël, Florence Pazzottu et François Rodinson, animée par Patrick Zuzalla,
à l’issue de la représentation du spectacle samedi 13 mars.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)