Actualité théâtrale

Au Théâtre de l’Aquarium, jusqu’au 28 novembre

"La tête vide" d’après François Guérin, mise en scène de Gilles Chabrier

Après des mois de fonctionnement en sourdine, le Théâtre de l’Aquarium a rouvert ses portes en Septembre. Les aménagements intérieurs qui ont eu lieu pendant l’été contribuent à rendre le lieu accueillant mais ce qui saisit le plus, lorsqu’on passe les portes c’est la présence enthousiaste d’une équipe dynamique, attentive à chacun qui donne à penser qu’elle considère chaque spectateur comme le complice précieux d’une aventure théâtrale…
Avec ses deux premiers spectacles programmés, se dessine déjà une ligne singulière, la griffe originale de François Rancillac. "Zoom" a enthousiasmé les spectateurs venus se retremper dans l’atmosphère d’une réunion de parents d’élèves (voir article sur notre site et entretien avec Rancillac publié en page 41 de l’Us-Magazine de septembre 2009).
"La tête vide" est tout autre chose. Il s’agit de l’adaptation pour la scène de l’ouvrage éponyme de Raymond Guérin dont François Truffaut s’était inspiré pour écrire "La femme d’à côté"

Un homme et une femme sont retrouvés morts enlacés, gisant dans un bois. Ils étaient tous deux mariés et amants. Sur le plateau, le récit qui pourrait retracer leur histoire n’a rien de linéaire. C’est une mise en questionnement du point de vue, une remise en question du réel, une mise en doute de la vérité, une sorte de tâtonnement narratif fonctionnant sur plusieurs strates. Le dispositif quadri frontal facilite l’éclatement des moyens utilisés. Quatre écrans diffusent sous forme d’entretiens, des témoignages de personnages proches du drame mais la superposition des voix brouille les pistes et les personnages silencieux laissent une impression de secret persistant.
La participation de quatre comédiens qui se prêtent faussement au jeu de la reconstitution, les images qui se multiplient sur les écrans, ces mêmes images qui se doublent en se reflétant dans l’eau qui recouvre le plateau font de ce spectacle une espèce de kaléidoscope où chacun pourrait créer sa propre version de l’histoire.
"La tête vide" est un étrange et saisissant spectacle qui sait s’éloigner de son propos initial pour mieux nous promener à travers des digressions réalistes ou esthétiques, qui livre tous les éléments du drame aux capacités d’imaginer de chacun.
Francis Dubois

Théâtre de l’Aquarium
Cartoucherie de Vincennes, Route du champ de manœuvre.
75 012 Paris – M° Château de Vincennes (puis navette avant et après spectacles).
Réservations(partenariat Réduc’snes = tarifs réduits -14€ au lieu de 20€ - sur présentation de la carte Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 74 99 61

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)