Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Un travail de mémoire.

« La torture de l’armée pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962 » Raphaëlle Branche

Raphaëlle Branche, dans « La torture de l’armée pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962 », a épluché les archives enfin ouvertes de cette période et a recueilli des témoignages de « survivants » qui commencent seulement à parler. Jusque-là, cette guerre qui n’a jamais dit son nom, a été enterrée pour éviter le bilan des gouvernants. Ils ont ainsi tué la mémoire. L’auteure livre un travail qui tient autant de l’anthropologie que de l’histoire politique tout en donnant de la place à celle des mentalités pour expliquer l’acceptation de la torture. Elle situe cette guerre non pas dans la continuité de la Résistance – contradictoirement - mais dans celle de la guerre d’Indochine. Les mêmes méthodes se retrouvent. Le fonctionnement de l’Institution militaire s’entremêle avec les comportements individuels et la violence de la guerre pour arriver à faire voler en éclats les barrières de la conscience et de notre humanité. Une analyse qui permet de comprendre la guerre d’Algérie, le silence coupable des survivants, la haine inscrite dans les affrontements, la vengeance... Une guerre coloniale qui se traduit par le racisme, l’exclusion, le sentiment de supériorité de cette armée chargée de la répression et l’oubli de cette affreuse barbarie voulue et organisée par les pouvoirs en place.

Littérature : La torture de l'armée...

En même temps, cette description est universelle. Toutes les guerres ont les mêmes conséquences. Les civils ne veulent pas reconnaître leur responsabilité, celle d’avoir laissé faire et laissé sur le bord de la vie les soldats chargés d’une mission barbare... pour gagner une guerre qu’ils ne pouvaient que perdre...

Pour retrouver la mémoire…

Nicolas Béniès

« La torture de l’armée pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962 », Raphaëlle Branche, Folio/Gallimard.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • « Histoire matérielle et immatérielle de l’art moderne et contemporain »
    L’art a-t-il une histoire ? On sait que le progrès en art est une invention calamiteuse de certains théoriciens en mal d’idéologie, mais la succession des Écoles a-t-elle encore un sens ? Et l’art... Lire la suite (11 janvier)
  • « Les morsures du froid »
    Boston a été marquée, dans les années 1950, par l’étrangleur de Boston. Cet artisan tuait les femmes dans leur appartement. Présenté comme schizophrène, il a fini sa vie en hôpital psychiatrique. Tony... Lire la suite (2 janvier)
  • « Enfants de la Meute »
    « Enfants de la Meute » est un titre qui interroge. Jérémy Bouquin a dû le chercher… sur la carte. « La Meute » est un village sis dans le Jura. Garry y a été élevé avec son frère par un grand-père. Il... Lire la suite (1er janvier)
  • « Sous l’aile des furies »
    Steven Saylor est Texan. Une bizarre filiation – des études d’histoire – l’a conduit vers l’Antiquité romaine après avoir fait divers métiers qui l’ont éloigné un temps de cette discipline. Il a déjà... Lire la suite (1er janvier)
  • « Psychiko »
    Paul Nirvanas est l’auteur de « Psychiko », considéré comme le premier polar grec, publié en 1928. Nikos Molochanthis, jeune rentier, s’ennuie. Pour donner un peu de piment à sa vie, il décide de... Lire la suite (Décembre 2017)