Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pelin Esmer (Turquie-France-Allemagne)

"La tour du guet" Sortie en salles le 11 septembre 2013

Nihat a vécu un drame qui l’a privé de sa femme et de son fils. Il a besoin de solitude et c’est pour cette raison qu’il accepte un emploi de gardien dans une tour de guet d’où il peut observer l’immensité de la forêt.

Seher qui a été recueillie par son oncle, a trouvé un emploi dans une gare routière rurale, dans la même région.

Les circonstances de la vie finissent par réunir ces deux êtres isolés qui seront amenés à construire ensemble une façon de vie commune.

Dans un premier temps Pelin Esmer effleure à peine ses personnages, les réduisant à l’état de silhouettes dans un décor de vastes montagnes qui semble les dévorer.

Un homme descend d’un autocar et emprunte un chemin qui va le conduire à une étrange demeure suspendue, dont toutes les façades vitrées donnent sur les montagnes. On comprend dès l’installation dans les lieux qu’il a la charge de surveiller ces étendues vallonnées. On apprend qu’il est novice dans sa nouvelle fonction et qu’il ne lui coûte pas de ne pas être relevé de temps en temps, comme si le reste du monde ne présentait plus pour lui le moindre intérêt.

Seher était étudiante en lettres tant qu’elle vivait chez son oncle. Que s’est-il passé avec cet homme de sa famille, qui l’ait contrainte à accepter un travail d’hôtesse dans une gare routière, à loger dans un local attenant à la station-service ?

Petit à petit, le voile se lève et les personnages, de flous qu’ils étaient, trouvent un contour. L’histoire de l’un et de l’autre apparaît : le drame qu’a vécu Nihat avec la mort accidentelle de sa famille, la grossesse due à l’oncle que Seher dissimule sous des vêtements amples.

L’état de fragilité où l’a plongé sa solitude va amener Nihat à s’attacher au personnage de la jeune fille.

Alors que tout le monde autour d’elle ignore son état, il sera le seul à pressentir le moment de la délivrance et à voir, depuis un autre poste de guet, la cafétéria de la gare routière, que le moment de l’accouchement est imminent.

Que peut-il résulter de la rencontre de deux êtres blessés dont l’existence n’est plus qu’un pis-aller. Quelque chose reste-t-il à construire sur ces ruines ?

"La tour de guet" dissimule derrière les silences, les retenues, l’anéantissement des sentiments, les règles de la pudeur, une violence en sourdine mais bien réelle.

Ces deux êtres égarés dans leur propre existence sauront retrouver au fond d’eux-mêmes, là où elle gisait moribonde, un sursaut de survie.

Les vastes paysages qu’ils ont sous les yeux ne seront peut-être pas totalement étrangers à une "résurrection" possible.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Chut »
    Au milieu de notre société où tout est marchand, où le déroulement du temps s’affole et où on ne connaît plus son voisin, il existe les lieux de gratuité et de rencontre où demeure un reste d’humanité et... Lire la suite (28 février)
  • « L’état sauvage »
    Aux États-Unis, en 1861, la guerre de Sécession fait rage. Une famille de colons français décide de quitter le Missouri où ils étaient installés depuis vingt ans. Le père Edmond, le mère Madeleine et... Lire la suite (23 février)
  • « Des hommes »
    Alice Odiot et Jean-Robert Vialet ont obtenu l’autorisation de filmer pendant vingt-cinq jours dans l’enceinte de la prison des Baumettes : 30 000 m2 pour 2000 détenus dont la moitié n’a pas trente... Lire la suite (17 février)
  • « Amare Amaro »
    Gaetano, la trentaine est un jeune homme taciturne. Il a succédé à son père dans la boulangerie familiale depuis que celui-ci a cessé ses activités. Même si son pain est très apprécié par la clientèle,... Lire la suite (16 février)
  • « Tu mourras à vingt ans »
    Soudan, dans la province d’Aljazira, à notre époque. Lorsque Sakina présente Muzamil, son nouveau né, au chef religieux du village, celui-ci prédit que l’enfant mourra à vingt ans . Le père qui ne... Lire la suite (10 février)