Actualité théâtrale

Jusqu’au 26 janvier au Théâtre du Lucernaire

« La valse d’Icare »

Un musicien qui s’est perdu dans le succès se retrouve au chevet de son fils, plongé dans le coma, et se retourne sur les années qui viennent de s’écouler. Fuyant un père plongé dans ses maquettes d’avion, qui n’a pas su le comprendre, une mère trop protectrice et Poupette, la chatte prête à le griffer dès qu’il approche la main, il s’est envolé vers le succès. Devenu star, il a cédé aux démons de la célébrité et aux injonctions de son agent. Il s’est envolé comme Icare, oubliant famille, amis, femme et fils, mais a fini par sombrer dans ce monde de paillettes, d’alcool et de paradis artificiels.

Théâtre : La valse d'Icare

Avec comme compagnes une chaise et une guitare, Nicolas Devort est seul en scène pour évoquer ce parcours fulgurant et cette chute. Enfin il n’est pas seul. Toute une galerie de personnages l’entoure, qu’il fait vivre par ses gestes, ses postures, ses mimiques et les intonations de sa voix. Accompagné par le bip bip régulier du moniteur de surveillance de l’hôpital, allant et venant, se frottant les mains, il est ce père inquiet que ronge sa culpabilité et qui, ne sachant quoi dire à ce fils inconscient, se livre et se dévoile. Il se tourne et devient l’infirmière qui caresse l’enfant inconscient.

Puis le flash-back commence. L’air timide, il se lance dans un solo de guitare pour chanter une de ses compositions lors d’une soirée où un agent le remarque. Amoureux transi sous le balcon de sa belle, il alterne sérénade, bruit des voitures qui passent, chien qui aboie et voisins qui protestent. Faisant revivre son premier concert, il passe rapidement d’un chanteur à l’autre, de la ballade au reggae. Il incarne une présentatrice de télé à la voix sirupeuse à l’écran, qui se transforme hors écran en mégère, pour engueuler l’équipe, un producteur, âme damnée du chanteur, qui le pousse à faire toujours plus, plus de concerts, plus de tournées, plus d’alcool, Icare enfin, prenant de plus en plus d’assurance, se transformant en star capricieuse puis sombrant. Nicolas Devort nous avait régalé l’an passé avec son Dans la peau de Cyrano où il interprétait nombre de personnages, souvent très drôles. Il a souhaité cette fois créer un spectacle où il pourrait chanter en s’accompagnant à la guitare. Il y laisse plus de place à l’émotion jetant un regard un peu désabusé sur la gloire de l’artiste. Faisant vivre toute cette galerie de personnages avec un regard critique, sachant ménager des silences et laisser une place aux chansons, Nicolas Devort nous entraîne dans un tourbillon de sentiments, du rire aux larmes.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 17h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris

Réservations : 01 45 44 57 34 ou www.lucernaire.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)