Actualité théâtrale

Théâtre Les Déchargeurs chaque lundi à 21h jusqu’au 16 décembre 2019

« La véritable histoire du cheval de Troie » Texte de Virgile et Homère. Mise en scène et adaptation Claude Brozzoni.

Énée, héros de la guerre de Troie et Tchavalo, un musicien des rues sont les deux survivants de la plus célèbre ruse militaire de l’Histoire antique grecque. Physiquement représentés sur le plateau de la salle Vicky Messica du Théâtre Les Déchargeurs par un narrateur et un accordéoniste, ils racontent la dernière nuit de Troie, le massacre de leur peuple par les Grecs, la fuite des rescapés et la longue traversée de la Méditerranée.

Ce mythe d’autrefois ramène aux exodes d’aujourd’hui.

Il ramène à la cruauté des guerres, à la seule possibilité pour les peuples opprimés, pour échapper aux massacres aveugles, que de fuir et de tenter l’exil au péril de leurs vies.

Théâtre : La véritable histoire du cheval de Troie

Une belle idée que celle de raconter à travers le récit d’Énée, les textes de Virgile et d’Homère, le drame de ceux qui périssent aujourd’hui en mer pour une infime chance de liberté et de vie meilleure.

Il y avait là, avec le récit de l’exilé qui est dans l’attente pour lui et son peuple d’un accueil qui ne vient pas, un beau sujet de spectacle théâtral.

La bonne idée aboutit partiellement surtout grâce à des chants d’espoir qui ponctuent le déroulement du récit, à la magnifique voix du comédien -chanteur- danseur Guillaume Edé.

Ici, le plaisir prend l’avantage et on se laisse aller à imaginer à ce qu’aurait pu être cette «  Véritable histoire du cheval de Troie  » si le comédien avait su apporter plus de nuances à un jeu dramatique tellement enflammé que, dans les envolées, il finit par laisser en chemin la puissance du texte, le drame des situations évoquées.

Le jeu de Guillaume Edé surligne un texte qui se serait suffi à lui-même avec une gestuelle débordante, des mimiques excessives qui, d’une fois à l’autre, voient passer à la trappe le plaisir des chants d’espoir.

Fort heureusement, le texte ressort de là presque indemne et le spectacle qui s’achève sur un magnifique moment chanté, laisse sur une impression positive qui renvoie à la bonne idée de Claude Brozzoni d’établir, dans une adaptation réussie de «  L’Odyssée  » d’Homère et le «  L’Enéide  » de Virgile, le rapprochement entre le mythe et le regard des peuples perdants d’aujourd’hui qui pourraient être Syriens, Kurdes, Lybiens, Tziganes mais aussi Juifs, Chrétiens ou Musulmans...

Francis Dubois

Théâtre Les Déchargeurs 3 rue des Déchargeurs 75 001 Paris

Réservations au 01 42 36 00 50 / www.lesdechargeurs.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)