Actualité théâtrale

Théâtre Les Déchargeurs chaque lundi à 21h jusqu’au 16 décembre 2019

« La véritable histoire du cheval de Troie » Texte de Virgile et Homère. Mise en scène et adaptation Claude Brozzoni.

Énée, héros de la guerre de Troie et Tchavalo, un musicien des rues sont les deux survivants de la plus célèbre ruse militaire de l’Histoire antique grecque. Physiquement représentés sur le plateau de la salle Vicky Messica du Théâtre Les Déchargeurs par un narrateur et un accordéoniste, ils racontent la dernière nuit de Troie, le massacre de leur peuple par les Grecs, la fuite des rescapés et la longue traversée de la Méditerranée.

Ce mythe d’autrefois ramène aux exodes d’aujourd’hui.

Il ramène à la cruauté des guerres, à la seule possibilité pour les peuples opprimés, pour échapper aux massacres aveugles, que de fuir et de tenter l’exil au péril de leurs vies.

Théâtre : La véritable histoire du cheval de Troie

Une belle idée que celle de raconter à travers le récit d’Énée, les textes de Virgile et d’Homère, le drame de ceux qui périssent aujourd’hui en mer pour une infime chance de liberté et de vie meilleure.

Il y avait là, avec le récit de l’exilé qui est dans l’attente pour lui et son peuple d’un accueil qui ne vient pas, un beau sujet de spectacle théâtral.

La bonne idée aboutit partiellement surtout grâce à des chants d’espoir qui ponctuent le déroulement du récit, à la magnifique voix du comédien -chanteur- danseur Guillaume Edé.

Ici, le plaisir prend l’avantage et on se laisse aller à imaginer à ce qu’aurait pu être cette «  Véritable histoire du cheval de Troie  » si le comédien avait su apporter plus de nuances à un jeu dramatique tellement enflammé que, dans les envolées, il finit par laisser en chemin la puissance du texte, le drame des situations évoquées.

Le jeu de Guillaume Edé surligne un texte qui se serait suffi à lui-même avec une gestuelle débordante, des mimiques excessives qui, d’une fois à l’autre, voient passer à la trappe le plaisir des chants d’espoir.

Fort heureusement, le texte ressort de là presque indemne et le spectacle qui s’achève sur un magnifique moment chanté, laisse sur une impression positive qui renvoie à la bonne idée de Claude Brozzoni d’établir, dans une adaptation réussie de «  L’Odyssée  » d’Homère et le «  L’Enéide  » de Virgile, le rapprochement entre le mythe et le regard des peuples perdants d’aujourd’hui qui pourraient être Syriens, Kurdes, Lybiens, Tziganes mais aussi Juifs, Chrétiens ou Musulmans...

Francis Dubois

Théâtre Les Déchargeurs 3 rue des Déchargeurs 75 001 Paris

Réservations au 01 42 36 00 50 / www.lesdechargeurs.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Au café Maupassant »
    Quoi de mieux qu’une brasserie pour observer les hommes et les femmes, écouter leurs dialogues, percevoir leurs mesquineries, leurs désirs, leurs angoisses, surtout quand on le fait en compagnie de... Lire la suite (13 décembre)
  • « Granma, les trombones de La Havane »
    Cuba a fêté cette année le soixantième anniversaire de sa Révolution. Désormais, alors que Fidel Castro est mort, que reste-t-il des idéaux et de l’espoir que souleva et soulève encore cette révolution,... Lire la suite (12 décembre)
  • "Portrait de Ludmilla en Nina Simone"
    « Portrait de Ludmilla en Nina Simone » est repris du 13 au 21 décembre au Théâtre des Abbesses 31, Rue des Abbesses 75018 Paris - 01 42 74 22 77 https://www.theatredelaville-paris.comLire la suite (11 décembre)
  • « Féministe pour homme »
    Noémie de Lattre n’a pas attendu l’affaire Weinstein et me-too pour parler des femmes et du féminisme dans ses pièces et dans son livre. Et sur ce sujet son spectacle, qui tient du théâtre, du cabaret... Lire la suite (6 décembre)
  • « Trois femmes (l’échappée) »
    Joëlle, tout juste diplômée « auxiliaire de vie », vient d’être embauchée comme gardienne de nuit par la fille de la vieille et très riche Madame Chevalier. Celle-ci en vieille dame acariâtre qui n’a... Lire la suite (3 décembre)