Actualité théâtrale

Jusqu’au 6 novembre au Théâtre du Rond Point

« La vie (titre provisoire) » Deux critiques un peu contrastées

La critique de Micheline Rousselet

François Morel aime la vie et les chansons. Il aime Brassens, Brel, Aznavour, Charles Trenet et bien sûr le théâtre. Il avait aussi envie de retrouver l’équipe de Le soir, des lions , en particulier son complice Antoine Sahler. Alors il se lance à nouveau, il nous raconte des histoires, en chansons, celle de la vieille dame qui philosophe sur un banc, il évoque la voix d’Amalia et la musique de Nino Rota.

Ce sont des chansons nouvelles qu’il nous propose, résultat d’une coopération où lui a écrit la plupart des textes et Antoine Sahler les musiques. Juliette l’a mis en scène. En hommage au music-hall de la grande époque, le chanteur est dans un rond de lumière. Les musiciens sont derrière ou autour de lui, parfois derrière un rideau de tulle, mais le plus souvent dans la lumière. Antoine Sahler au piano, mais aussi aux claviers et à la trompette, Muriel Gastebois au vibraphone et à la batterie, Lisa Cat-Berro au saxophone, à la flûte ou au trombone, Amos Mah au violoncelle, à la contrebasse et à la guitare l’accompagnent.

Théâtre : la vie

François Morel joue, chante, imite Aznavour ou Brassens, se fait reprendre par son pianiste, car tout de même, le musicien doit savoir s’il accompagne un chanteur ou un imitateur, les taxes ne sont pas les mêmes ! Il fait d’Antoine Sahler son compagnon de jeu. Il s’adresse au public et le rend complice. Il en fait le spectateur du destin du militant et s’empare des batailles de chiffres avec humour, il nous emmène dans la peau de l’enfant qui s’interroge « c’est encore long l’enfance ? ». Chaque chanson devient avec lui une courte pièce où l’on passe de l’émotion, avec l’évocation des amours de jeunesse « ce baiser, vous souvenez-vous que vous m’aviez un jour donné, j’aimerais vous le restituer », au rire « Petit Jésus tu m’as déçu ». Il interprète Au suivant de Brel et on découvre une autre approche, fidèle mais différente.

Et sous les acclamations du public, il conclut « Putain, y’a pas plus chic qu’une chanson populaire »

Micheline Rousselet

Un avis un peu différent de Francis Dubois

Il apparait sur scène en imitant Yves Montand, une maladresse que corrige son pianiste : "on ne commence pas un récital de chansons par une imitation"
Le ton est donné et on retrouve immédiatement le personnage emprunté de François Morel, le même depuis des années, des décennies maintenant, du temps où il faisait partie de la troupe des Deschiens.
"La vie, Titre provisoire" est un récital de chansons nouvelles qui disent l’état du monde et le besoin d’en rire.
Autour de lui, en arc de cercle, les quatre musiciens-musiciennes complices et toute une batterie d’instruments.
Mais "La vie, titre provisoire" n’est pas seulement un récital de chansons, c’est aussi, comme si François Morel ne pouvait s’en empêcher (mais surtout parce que c’est son "fonds de commerce")
un numéro d’humoriste qu’il distille entre presque chaque chanson avec plus ou moins de bonheur mais avec une efficacité certaine à laquelle le public d’inconditionnels répond au quart de tour.
Chaque mimique, la moindre facétie, le plus petit haussement de sourcil, font mouche quand ils proviennent de celui qu’on est venu voir plutôt qu’entendre.
François Morel est peut-être l’exemple même de l’artiste qui fonctionne sur une légende et qui n’a qu’à renouveler le geste ou la mimique pour que la complicité avec le public fonctionne, pour qu’il rie à la moindre réplique ou frappe dans ses mains quand le bon rythme est là.
Et c’est peut-être ce qu’il y a de plus réussi, de plus émouvant dans le spectacle, la complicité qui s’établit à la moindre occasion, entre l’artiste et son public.
Mais François Morel est peut-être un chanteur et un humoriste de talent au service ici, d’un spectacle un peu pâlichon auquel il manque du panache et une présence un peu plus soutenue de l’artiste.
Quand il interprète "Au suivant" de Jacques Brel, le moment est réussi ou quand il reprend une chanson de Trenet, mais quand il apparaît en guitariste moustachu, on se demande s’il se moque de Brassens ou s’il lui rend hommage.

On peut aller voir ce spectacle sans déplaisir. On peut tout aussi bien faire l’impasse…

Francis Dubois

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h. Relâche les lundis, le 9 octobre et le 1er novembre.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Molière »
    C’est dans l’intimité d’un couple célèbre, Molière et Madeleine Béjart que nous invite le dramaturge Gérard Savoisien. On est en 1661, le succès de Molière a été reconnu par le Roi et il est invité à jouer... Lire la suite (11 septembre)
  • « Et si on ne se mentait plus »
    C’est chez Lucien Guitry, au 26 place Vendôme, que se rencontraient, au tournant du XXème siècle pour déjeuner tous les jeudis, ceux qu’Alphonse Allais avait baptisés « les mousquetaires » et qui... Lire la suite (10 septembre)
  • « Pour le meilleur et pour le dire »
    Imaginons une femme hypersensible qui sort d’une histoire d’amour ratée avec un pervers narcissique et qui rencontre un homme vulnérable, amoureux fou d’elle mais qui n’arrive pas à lui confier ses... Lire la suite (6 septembre)
  • « Asphalt jungle »
    Deux hommes désœuvrés sortent de scène à tour de rôle pour frapper quelqu’un. On ne voit pas la victime, on entend juste les coups et les gémissements. Ils demandent ensuite au troisième, un de leurs... Lire la suite (4 septembre)
  • « Tendresse à quai »
    Une jeune femme en tenue de cadre est assise à une table sur un quai de gare. Elle lit un recueil de poèmes de Mallarmé. Un homme arrive et s’assied à une table voisine, l’observe, se dit qu’il a le... Lire la suite (3 septembre)