Actualité théâtrale

au Théâtre du Rond-Point, jusqu’au 14 novembre

"La vie va où ?…" Un spectacle de et par Michèle Guigon.- Mise en scène Anne Artigau et Susy Firth

"Pourquoi c’est quand le cœur est vide qu’il est si lourd" s’interroge Michèle Guigon qui a traversé la maladie, qui a fait ce voyage incertain, éprouvant, dont on ne connaît pas toujours la destination. "Le cancer" est un mot qu’on n’ose pas même prononcer de peur qu’il nous saisisse. Pourtant, ajoute-t-elle, quand on prononce le mot "château" c’est pas pour autant qu’il arrive ! Le monologue que l’auteur-comédienne joue sur le plateau de la salle Jean Tardieu est dans ces tonalités-là, dans ces variations, allant sans cesse de la réalité d’une difficile épreuve à l’humour décapant, à de vrais pieds de nez à cette maladie qui ronge, résiste et, parfois, bat en retraite.
La vie est-elle le meilleur remède contre la mort quand elle rôde. Et quand elle a épuisé la ressource des mots, la force qu’elle développe, avant de retrouver un nouvel élan, une autre énergie, Michèle Guigon reprend son souffle en épaulant son accordéon et en chantant une chanson. Elle en interprète quatre au cinq au cours de son spectacle qui, à la fois s’intègrent parfaitement au propos et créent une rupture bienvenue.

© Giovanni Cittaddini Cesi

"La vie est une pratique, pas une théorie" et la voilà qui, comme pour se faire pardonner d’avoir été un instant grave, se lance sur un délectable moment à propos des trous de mémoire ou sur un autre moment désopilant à propos de la rubrique nécrologique dans les journaux.
Un spectacle drôle, tonique, une belle leçon de vie.
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2bis avenue Franklin Roosevelt
75 008 Paris
Renseignements et Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Providence »
    Lorsque les tours jumelles se sont effondrées le 11 septembre 2001 à New-York, il y a eu des milliers de morts, mais aussi plusieurs dizaines de disparus dont on n’a jamais retrouvé nulle trace. On... Lire la suite (13 avril)
  • « Suzanne »
    Paul se marie avec Louise, sous le bruit de la canonnade, à la veille de partir à la guerre en 1914. En 1915 il déserte, revient chez lui et, avec l’aide de Louise, se travestit en femme pour... Lire la suite (11 avril)
  • « Qui suis-je ? »
    Vincent est en Troisième. Il a quatorze ans et demi, se trouve un physique d’endive, est intelligent et bon élève, mais nul en sport, ce qui lui vaut les sarcasmes du prof de gym et des autres... Lire la suite (8 avril)
  • « Madame Marguerite »
    Curieuse institutrice que cette Madame Marguerite, qui insiste sur son nom, l’écrit au tableau tout comme un certain nombre de sentences sur la vie, la mort, le sexe pour qu’elles s’inscrivent dans... Lire la suite (6 avril)
  • « Tous mes rêves partent de Gare d’Austerlitz »
    Dans une Maison d’arrêt de femmes, des prisonnières se retrouvent à la bibliothèque. Elles y évoquent leur quotidien, leur travail, leurs amours, leur enfance ou leurs rêves. Le soir de Noël elles ont... Lire la suite (4 avril)