Actualité théâtrale

Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, jusqu’au 17 décembre

"La vieille et la bête" Conception Ilka Schönbein/Theater Meschugge

Ilka Schönbein fut formée à la danse eurythmique de Rudolph Steiner, une école qui privilégie l’alliance de l’âme et du geste au détriment de la technique. Elle étudie ensuite avec le marionnettiste Albrecht Roser. Sa formation achevée, elle tourne avec différentes compagnies avant de se lancer sur les routes avec ses propres spectacles.
En 1998, elle crée "Le Roi Grenouille" qui sera remodelé une seconde fois puis une troisième fois sous le titre "Le Roi Grenouille III" en 2005.
Après "Le Voyage d’Hiver" inspiré de la musique de Franz Shubert et du livret de Wilhelm Müller, elle propose en 2006 "Chair de ma chair" d’après le roman d’Aglaja Veteranyi puis "Pourquoi l’enfant cuisait dans la polenta" un récit désespéré et poétique sur un enfant de cirque. Ce spectacle existe dorénavant en quatre langues, le français, l’espagnol, l’anglais et l’allemand.

Photo Serge Lucas

"La vieille et la bête" est dans une tonalité voisine des spectacles précédents de cette artiste si singulière. Les masques en papier mâché qui dissimulent son corps sont de véritables prolongements d’elle-même. Elle mêle à un monde onirique peuplé de démons et autres personnages fantasmagoriques, celui où est lisible un monde proche.
Dans un décor de paille, entourée de pommes rouges elle est tour à tour une jeune ballerine qui s’essaie à ses premiers pas de danse, une vieille dame agonisante, un âne en mal d’affection, tous tenant à distance par des facéties, la mort qui rôde.
Le merveilleux ne puise pas dans les éléments habituels. La cruauté pas plus que l’émotion ne sont vraiment le sujet et les épisodes du spectacle surviennent le plus souvent là où on ne les attend pas.
On sort de là émerveillé, et malin celui qui pourrait dire comment nous est venu un tel émerveillement. C’est peut-être cela, ce mystère, qu’on appelle le talent…
En tous cas, du talent, ni Ilka Schönbein, ni Alexandra Lupidi la mezzo-soprano, compositrice et instrumentaliste qui l’accompagne d’un bout à l’autre, n’en manquent…
Francis Dubois

Théâtre de la Commune d’Aubervilliers
2 rue Edouard Poisson 93 304 Aubervilliers cedex
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 33 16 16
www.theatredelacommune.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)