Actualité théâtrale

Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, jusqu’au 17 décembre

"La vieille et la bête" Conception Ilka Schönbein/Theater Meschugge

Ilka Schönbein fut formée à la danse eurythmique de Rudolph Steiner, une école qui privilégie l’alliance de l’âme et du geste au détriment de la technique. Elle étudie ensuite avec le marionnettiste Albrecht Roser. Sa formation achevée, elle tourne avec différentes compagnies avant de se lancer sur les routes avec ses propres spectacles.
En 1998, elle crée "Le Roi Grenouille" qui sera remodelé une seconde fois puis une troisième fois sous le titre "Le Roi Grenouille III" en 2005.
Après "Le Voyage d’Hiver" inspiré de la musique de Franz Shubert et du livret de Wilhelm Müller, elle propose en 2006 "Chair de ma chair" d’après le roman d’Aglaja Veteranyi puis "Pourquoi l’enfant cuisait dans la polenta" un récit désespéré et poétique sur un enfant de cirque. Ce spectacle existe dorénavant en quatre langues, le français, l’espagnol, l’anglais et l’allemand.

JPEG - 48.1 ko
Photo Serge Lucas

"La vieille et la bête" est dans une tonalité voisine des spectacles précédents de cette artiste si singulière. Les masques en papier mâché qui dissimulent son corps sont de véritables prolongements d’elle-même. Elle mêle à un monde onirique peuplé de démons et autres personnages fantasmagoriques, celui où est lisible un monde proche.
Dans un décor de paille, entourée de pommes rouges elle est tour à tour une jeune ballerine qui s’essaie à ses premiers pas de danse, une vieille dame agonisante, un âne en mal d’affection, tous tenant à distance par des facéties, la mort qui rôde.
Le merveilleux ne puise pas dans les éléments habituels. La cruauté pas plus que l’émotion ne sont vraiment le sujet et les épisodes du spectacle surviennent le plus souvent là où on ne les attend pas.
On sort de là émerveillé, et malin celui qui pourrait dire comment nous est venu un tel émerveillement. C’est peut-être cela, ce mystère, qu’on appelle le talent…
En tous cas, du talent, ni Ilka Schönbein, ni Alexandra Lupidi la mezzo-soprano, compositrice et instrumentaliste qui l’accompagne d’un bout à l’autre, n’en manquent…
Francis Dubois

Théâtre de la Commune d’Aubervilliers
2 rue Edouard Poisson 93 304 Aubervilliers cedex
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 33 16 16
www.theatredelacommune.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)