Evènements culturels, festivals, grands entretiens...

Samois/Seine du 22 au 26 juin

Le 37e festival Django Reinhardt. Changements dans la continuité

Samois/Seine, tous les ans, renaît de ses cendres en faisant appel à un esprit Django toujours différent et toujours renouvelé pour essayer de définir le jazz. Django – « j’éveille » chez les Roms et il tenait à son pseudo, Baptiste – est le seul génie européen incontestable du jazz. Il a influencé tous les guitaristes et pas seulement ceux qui se réclament du jazz dit manouche. Joe Pass, Jimmy Raney, Tal Farlow, Oscar Moore… ont reconnu leur dette. Dès la parution, en 1938, du premier 78 tours du quintet de Hot Club de France sous l’étiquette Commodore de Milt Gabler, aux Etats-Unis, la formule fait des émules. Existent désormais des quintets de Hot Club partout dans le monde et un festival, aux Etats-Unis, qui les réunit à intervalles irréguliers.

Jusqu’à sa mort, Babik, le fils de Django, a dirigé le festival en le faisant vivre et vibrer par sa présence. Les producteurs ont essayé de le faire jouer comme Django mais, lui – comme le montrent ses enregistrements – était plutôt attiré par les sons des guitaristes classés sous l’étiquette « Fusion » pour être de son temps et non pas d’un autre qui ne le concernait pas directement.

Pour cette 37e édition, les organisateurs s’interrogent sur « l’esprit Django ». Ils et elles en donnent une traduction ouverte sur les « musiques du monde » et sur les jeunes pousses qui défraient la chronique aux Etats-Unis et ailleurs. Le jazz est musique d’ouverture fraternelle, de révolte qui aide à se sentir bien contre le monde tel qu’il est. Le jazz emporte participant-es et public dans une vaste sarabande de révolte lorsqu’il est lui-même.

Cette année donc deux invités de marque. D’abord, Kamasi Washington, saxophoniste, sur qui la presse américaine, grand public, ne tarit pas d’éloges à propos de son premier album de trois CD s’il vous plait « The Epic », nom aussi de son groupe avec des jeunes musiciens en train de faire leur preuve. A découvrir, d’autant qu’il est le saxo préféré de tous les groupes de rap. Il sait mêler mémoire du jazz, John Coltrane bien entendu et d’autres, de la soul music tout en se servant du funk et du hip-hop. Ensuite le vocaliste, issu du gospel avec une voix grave qu’il sait faire swinguer, Gregory Porter. Dans cette voix passent les décennies de lutte pour les droits civiques, contre le mépris pour affirmer une sorte de révolte tranquille qui passe par des histoires d’amour qu’il serait vain de prendre au premier degré. Il suit la grande tradition du blues et du « double entendre » - en américain dans le texte – pour faire surgir des profondeurs du passé un discours qui se superpose aux paroles entendues. Un grand art poétique qui pourrait servir dans d’autres disciplines artistiques. Comment dire sans le dire tout en le faisant comprendre. Il arrive à Gregory de se laisser aller. C’est le cas dans son dernier album, « Take Me To The Alley » (Blue Note/Universal), un peu décevant mais encensé par Jazz Mag. Sur scène, sa présence est indéniable. Ce sera un grand moment.

Le reste du programme n’est en rien négligeable. Ibrahim Maalouf et sa trompette à quart de tons se lancera dans la musique électronique ; son album « Red and Black Light » n’est pas convaincant et il devra faire ses preuves sur scène. Richard Bona, bassiste et chanteur, devrait, comme d’habitude, enchanter les foules avec une musique entre Afrique et Jazz et les guitaristes manouches auront aussi droit de cité. Il ne faudra pas rater la chanteuse Cyrille Aimée qui a commencé sa carrière aux Etats-Unis, ni Lou Tavano, qui permettent de penser un futur au jazz.

Comme beaucoup d’autres festivals, des animations, des rencontres avec les luthiers en l’occurrence venus de plusieurs pays et un « Tremplin » pour entendre les jeunes musicien-nes… Et des restaurateurs pour terminer par l’essentiel ou presque…

Nicolas Béniès.

Festival Django Reinhardt Samois/Seine, du 22 au 26 juin, programme détaillé sur www.festivaldjangoreinhardt.com

Autres articles de la rubrique Evènements culturels, festivals, grands entretiens...

  • « Parade(s) »
    Comme chaque année depuis 1990, le festival des arts de la rue met en fête la ville de Nanterre pendant trois jours. Entièrement gratuit, il invite une quarantaine de compagnies et environ 250... Lire la suite (24 mai)
  • « Festival Traverse »
    Ce festival est l’héritier du festival Contes en chemin. On y retrouve les balades contées et les petites formules qui avaient fait le succès du festival. Toujours organisé par la communauté de... Lire la suite (24 mai)
  • Intimité publique
    A travers la lecture de leurs carnets, de leur correspondance, de journaux, on entre dans l’intimité de peintres célèbres, Delacroix, Picasso, Frida Khalo, Nicolas de Staël, etc. Les 23, 24 et 25... Lire la suite (13 mai)
  • Festival Mises en capsules
    Mises en capsules est un festival de "formats courts" du 20 mai au 8 juin du lundi au samedi à partir de 19h. Cinq spectacles de 30 minutes Théâtre Lepic, 1 avenue Junot, 75018 Paris.... Lire la suite (12 mai)
  • La danse verticale en KIT
    La danse verticale en KIT est un événement européen de danse verticale organisé par la compagnie Retouramont et le Vertical Dance Forum, à Paris 13ème et dans le Val de Marne. Au programme, notamment... Lire la suite (9 mai)